Chronique écrite – Outdeh, the youth of Jamaica

OUTDEH

Chronique écrite – Outdeh, the youth of Jamaica

OUTDEH

La Jamaïque, une terre d’opportunité

Ce documentaire est une immersion mettant en avant la diversité chez les jeunes de la Jamaïque.

OUTDEH est un documentaire réalisé par Louis Amon Josek en 2019. D’une durée de 1H18, ce film relate l’histoire de trois jeunes Jamaïcains tous âgés de la vingtaine. Shama (Elishama) fait du skate et est le premier surfeur professionnel de l’île de la Jamaïque. Ramar lui, cherche sa vocation dans le domaine d’un sport, il vient de Trivoli Gardens, un quartier défavorisé et de mauvaise réputation et enfin il y a Daniel Simpson originaire de Kingston, un rappeur en pleine ascension.

Ce documentaire suit leur évolution et raconte de façon assez légère leur histoire. Au niveau des moments clés, on a les présentations des différentes personnes, la tournée au Japon de Bakersteez et le fait que Shama parte à Hawaii pour surfer.

La séquence d’introduction présente les rues de Kingston avec des travellings latéraux. Au niveau des couleurs, elles sont sombres et froides au début comme on peut le voir lorsqu’on présente Ramar et l’environnement dans lequel il vit et vers la fin on passe à des couleurs beaucoup plus pétantes comme on peut le voir lorsque Bakersteez se trouve dans les rues du Japon avec tous les néons autour de lui et les piétons avec des vêtements de toutes les couleurs. On a des oppositions entre les environnements et les couleurs avec une vision paradisiaque de la Jamaïque lors des séquences de surf de Shama et par la suite on voit par contraste les bidonvilles. On retrouve aussi énormément de plans contemplatifs comme au début avec Shama seul face à l’océan ou encore avec des scènes filmées au ralenti. La bande son est très vivante, accrocheuse et variée tout en restant sur les productions jamaïcaines. On entend des morceaux de Popcan, Koffee où encore Sizzla mais également les morceaux de Bakersteez qui structurent ce documentaire. La narration de ce documentaire n’est pas très aboutie surtout par rapport à Ramar qui n’est pas assez développée contrairement aux deux autres personnages mais dans un autre sens, cela rappelle la réalité de la vie qui est que dans la vie il y a beaucoup d’inégalités.

Ce documentaire reste captivant car il se rapproche beaucoup d’un clip vidéo. D’un point de vue esthétique, le documentaire est réussi de par son importance pour la mise en scène, la couleur et les musiques mais n’est pas une réussite au niveau de la narration.

Chronique réalisée par AGOSSOU Rahlya, ARAGAO MARQUES, FILHO Laudiceia, DA SILVA Kimberly, FRANÇOIS Dylann, MERLIN-CHIN Rayan (Terminale CAV Lycée Lama Prévôt

Regardez la bande annonce

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this
X
favicon-fifac

ABONNEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Pour rester informé de l'actualité du FIFAC,
merci de remplir le formulaire ci dessous :