Author: Fifac

VOICI LA SÉLECTION DE FILMS TOUJOURS DISPONIBLES SUR LE PORTAIL DES OUTRE-MER

OUTDEH

La Jamaïque, une terre d’opportunité

Ce documentaire est une immersion mettant en avant la diversité chez les jeunes de la Jamaïque.

OUTDEH est un documentaire réalisé par Louis Amon Josek en 2019. D’une durée de 1H18, ce film relate l’histoire de trois jeunes Jamaïcains tous âgés de la vingtaine. Shama (Elishama) fait du skate et est le premier surfeur professionnel de l’île de la Jamaïque. Ramar lui, cherche sa vocation dans le domaine d’un sport, il vient de Trivoli Gardens, un quartier défavorisé et de mauvaise réputation et enfin il y a Daniel Simpson originaire de Kingston, un rappeur en pleine ascension.

Ce documentaire suit leur évolution et raconte de façon assez légère leur histoire. Au niveau des moments clés, on a les présentations des différentes personnes, la tournée au Japon de Bakersteez et le fait que Shama parte à Hawaii pour surfer.

La séquence d’introduction présente les rues de Kingston avec des travellings latéraux. Au niveau des couleurs, elles sont sombres et froides au début comme on peut le voir lorsqu’on présente Ramar et l’environnement dans lequel il vit et vers la fin on passe à des couleurs beaucoup plus pétantes comme on peut le voir lorsque Bakersteez se trouve dans les rues du Japon avec tous les néons autour de lui et les piétons avec des vêtements de toutes les couleurs. On a des oppositions entre les environnements et les couleurs avec une vision paradisiaque de la Jamaïque lors des séquences de surf de Shama et par la suite on voit par contraste les bidonvilles. On retrouve aussi énormément de plans contemplatifs comme au début avec Shama seul face à l’océan ou encore avec des scènes filmées au ralenti. La bande son est très vivante, accrocheuse et variée tout en restant sur les productions jamaïcaines. On entend des morceaux de Popcan, Koffee où encore Sizzla mais également les morceaux de Bakersteez qui structurent ce documentaire. La narration de ce documentaire n’est pas très aboutie surtout par rapport à Ramar qui n’est pas assez développée contrairement aux deux autres personnages mais dans un autre sens, cela rappelle la réalité de la vie qui est que dans la vie il y a beaucoup d’inégalités.

Ce documentaire reste captivant car il se rapproche beaucoup d’un clip vidéo. D’un point de vue esthétique, le documentaire est réussi de par son importance pour la mise en scène, la couleur et les musiques mais n’est pas une réussite au niveau de la narration.

Chronique réalisée par AGOSSOU Rahlya, ARAGAO MARQUES, FILHO Laudiceia, DA SILVA Kimberly, FRANÇOIS Dylann, MERLIN-CHIN Rayan (Terminale CAV Lycée Lama Prévôt

Regardez la bande annonce

MARIE DAULT

Marie Dault est une réalisatrice et productrice française de films documentaires. Elle est en Guyane pour présenter “Chronique de la terre volée” , une histoire qui se déroule à Caracas au Venezuela.

LAURENCE MAGLOIRE

Laurence Magloire a été formée aux métiers de la télévision au sein de Radio Canada Télévision au Québec. Dans cet entretien elle évoque la situation de son pays Haïti et nous donne son avis sur le Fifac qu’elle connaît depuis son lancement en 2019.

NHEENGATUNheengatu ou le rapprochement de deux mondes

Nheengatu est un documentaire brésilien de 1h54, réalisé par José Barahona en 2020.

Tout au long du film, le réalisateur José Barahona apparaît à l’image et va à la rencontre des peuples indigènes du fleuve Rio Negro. Il dialogue avec eux pour mieux comprendre le devenir ou la disparition de la langue nheengatu, qui est une langue qui fut imposée aux Amérindiens par les anciens colonisateurs. Les personnes interviewées sont d’abord réticentes : on imagine qu’elles craignent d’exprimer publiquement leurs critiques… Puis au fur et à mesure, la distance se réduit entre les indigènes et les « hommes blancs » de l’équipe de tournage. Le réalisateur propose à certains de participer à la réalisation du documentaire en filmant quelques scènes de leur vie quotidienne avec des téléphones portables, ce qui donne beaucoup plus de réalisme à ce film. Dans ces moments, ils sont véritablement eux-mêmes. A la fin, un jeune tourne la caméra vers le réalisateur qui devient le filmé.

Au fil du temps, le réalisateur s’éloigne du sujet originel de son film pour finalement parler de la culture et du mode de vie des différentes communautés du fleuve à travers plusieurs interviews de personnes attachantes. Ceci n’enlève rien à la qualité du film, et apporte en plus une touche d’humour, comme dans la scène de l’homme qui affirme qu’ils mangent de tout… même des humains !

Un documentaire émouvant que tout le monde peut regarder. Unique dans son genre, une histoire très intéressante car on assiste à la naissance d’un lien amical entre les peuples indigènes et l’équipe du film.

Chronique réalisée par Dahana, Dialina, Lovekendia, Makadeshkem et Wiscenthia 

Regardez la bande annonce

L_âme du boisMA PASSION OU RIEN

L’âme du Bois est un documentaire guyanais réalisé par Denis Dommel en 2021 et dure 52 minutes.

Il raconte l’histoire de deux sculpteurs : Rudy Bron et Kafé Betian, résidant  à Charvein et Madjo Kampu près de Saint-Laurent du Maroni. Tous les deux ont une passion en commun, la sculpture du bois, une tradition ancestrale qui se transmet de génération en génération. A travers leur parcours, nous découvrons un art, une technique mais aussi une philosophie.  Ces deux artistes sculpteurs et les responsables de l’ONF nous invitent à prendre conscience de la nécessité de préserver la forêt et du développement durable à travers leurs pratiques.

Nous avons aimé ce film car Il s’agit d’un documentaire attachant ;  Rudy et Kafé témoignent de leur passion et de la difficulté à transmettre aux plus jeunes cet art traditionnel. L’histoire est racontée de façon poétique et structurée. On alterne entre les deux parcours de vie atypiques parsemés d’anecdotes. On remarque que le réalisateur a choisi de privilégier la lumière « naturelle » mettant en valeur la symbiose entre ces hommes et la nature. Nous constatons que le choix des musiques est judicieux et qu’il est raccord notamment avec la personnalité de Kafé.

Du début à la fin du documentaire, des gros plans nous plongent réellement dans l’atmosphère de ces deux artistes sculpteurs, ils imposent le respect de leur travail et de leur art. Selon nous, Rudy et Kafé sont des personnes heureuses dans leur vie et fières de leur culture. Ils aiment leur métier et n’éprouvent pas le besoin voire l’obsession d’être riche ou d’avoir une vie de « star ». La mise en scène et les cadrages proposés sont variés, les mouvements de caméra sont dynamiques et pertinents. Le réalisateur a réussi à nous tenir en haleine du début jusqu’à la fin. L’intervention de l’ONF n’est pas pertinente pour nous, même si la relation est évidente et intrinsèquement mêlée entre ces artistes et l’ONF. A notre avis, il aurait fallu réduire le temps de la séquence. C’est un film à voir absolument car il présente une des facettes culturelles de la Guyane.

Chronique réalisée par de Wellington  Ferreira Dos Santos ; Raphael Dufrenot ; Benjamin YU MING CHUAN Céline LY et Eddy Castor

Regardez la bande annonce

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this
X
favicon-fifac

ABONNEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Pour rester informé de l'actualité du FIFAC,
merci de remplir le formulaire ci dessous :