Actualités

La cérémonie de clôture et la remise des prix de ce 5ème festival FIFAC auront lieu samedi 14 octobre 2023 à partir de 18h au Camp de la Transportation, à Saint-Laurent du Maroni.
Pour celles et ceux qui ne pourraient se déplacer, celle-ci sera également retransmise en direct sur le Facebook du festival.
Retransmission en facebook live

Le programme :

18h  cocktail de clôture offert par la mairie de Saint-Laurent du Maroni
19h  Soirée de clôture et cérémonie de remise des prix.
20h40  carte blanche au Pôle Image Maroni
21h30  Projection du palmarès 2023 (meilleur contenu digital, meilleur court-métrage, meilleur-long métrage)
23h Concert de Nel-K & les Homies (live hip-hop-reggae)

Renaud Allilaire

Renaud Allilaire est Directeur délégué des documentaires société et géopolitique à France Télévisions, en charge de plusieurs rendez-vous sur France 2, France 3 et France 5.

Renaud Allilaire évoquera pour les professionnel.le.s présent.e.s, son métier, ses choix et les coproductions internationales de France Télévisions.

Géopolitique, société, comment les documentaires de France Tv s’emparent-ils de ces champs trop vastes? Quelle place pour les récits caraïbéens et amazoniens dans cette offre? A travers un échange sur les attentes et les lignes éditoriales de nos rendez-vous documentaires, Renaud Allilaire tentera de donner quelques clés pour travailler avec France Télévisions.

Samedi 14 octobre 2023 de 10h à 11h30
Camp de la Transportation, Case 9 – Accès libre
Retransmission en facebook live

nel-k
Nel-k est originaire de Martinique, né à Vitry sur Seine dans le (94). Il arrive en Guyane en 2012. Séduit par l’ambiance locale saint-laurentaise, il s’y installe et y fonde un foyer.

Passionné par l’écriture, ces textes sont le reflet de son vécu et de sa perception du monde. Il chante en français et en créole dans un style qui lui est propre ; oscillant entre rap et ragga dancehall.

Des influences antillaises, françaises et guyanaises accompagnent cet artiste qualifié de “conscient” par les médias.(cf” guyane underground”)

Sa musique rassemble par sa diversité.

En 2023, Nel-k décide de réunir des musiciens “Les Homies” pour former un groupe live et se lancer dans une tournée guyanaise !

Ils seront en concert sur la terrasse du CIAP au Camp de la Transportation à 23h pour clôturer le festival FIFAC 2023 !

Festival monde en vues
Ce festival a lieu en Guadeloupe du 13 au 20 octobre. Il se tient au Memorial ACTe et dans différentes villes de l’île : Le Lamentin, Le Gosier, Pointe-à-Pitre, Deshaies, Baie-Mahault, Gourbeyre, Les Abymes, Le Moule…
A l’occasion de sa dixième édition, Monde En Vues invite le FIFAC en programmant plusieurs films de sa programmation officielle.
Ainsi, seront projetés :

Dimanche 15 octobre à 15h15 – Résidence départementale

Lazaro and the Shark
William Sabourin o’ Reilly | Cuba, USA, 2022 | 1h16

+ d’infos sur  : https://www.mondeenvues.com

 

Mercredi 18 octobre à 16h – MACTe

Camino de Lava
Gretel Marin| Cuba, 2022 | 28 min

 

Mercredi 18 octobre – Médiathèque du Lamentin ERNEST J. Pépin

18h

Nou le Nou Karnaval
Léa Magnien et Quentin Chantrel | Guyane, 2023 | 24 min

18h30

Terruá Pará 
Jorane Castro | Brésil – France, 2023 | 1h40

20h10

Adieu sauvage 
Sergio Gataquira Sarmiento | Belgique, France, 2023 | 1h32

 

afdas_logo_2019_avec-baseline
Dans le cadre du FIFAC, l’opérateur de compétences AFDAS et le Centre Dramatique Kokolampoe proposent :

Une rencontre

Professionnels de la Culture, comment financer votre parcours de formation ?

> Jeudi 12 oct. 2023 de 14h à 16h
Institutions invitées : l’AFDAS, La Collectivité Territoriale de Guyane, la Direction Culture Jeunesse et Sport Guvane, le Pôle Emploi Guvane

Au studio du Centre dramatique Kokolampoe, case n°9

Une permanence pour un accompagnement individualisé

> Mercredi 11 octobre de 14h à 17h
> Vendredi 13 octobre de 9h à 12h
Avec Sandra Gane, Déléguée Régionale Afdas et Pricillia Budoc Montet, Conseillère Formation Afdas Guyane.

Au centre dramatique Kokolampoe, case n°7

Renseignements : 0594 34 26 88 – secretariat.ksandco@gmail.com

Photo de Christiane Taubira
Madame Christiane Taubira nous fait l’honneur d’assumer la présidence du jury de cette 5ème édition du FIFAC. Ancienne députée, ancienne ministre, auteure prolifique et poétesse sensible, Christiane Taubira apportera son regard avisé sur les enjeux cinématographiques, sociaux et politiques des documentaires issus de la région Amazonie et Caraïbes.
Elle a accepté, pour le FIFAC, de répondre à quelques questions.

 

Pouvez-vous partager avec nous les raisons qui vous ont décidée à accepter notre invitation ? 

J’ai tellement bourlingué à travers le monde, marrainé et soutenu tellement de causes, ici, là et ailleurs, que je goûte avec délectation la saveur particulière de cette responsabilité : porter chez moi l’étendard du FIFAC. Son identité est bien installée et l’exigence est une de ses marques de caractère. C’est à la fois un honneur et une aventure. Je dois dire que j’ai noué avec le septième art, dès mon adolescence, une relation à la fois passionnelle, gourmande et confiante. La salle obscure suggère autant la parenthèse que la transgression. Je suis d’une génération où les divertissements étaient assez rigoureusement prohibés ou contrôlés pour les filles. Aller au cinéma relevait davantage de l’éducation que du loisir ou de l’initiation artistique. Idem pour le théâtre. De sorte que les rares films autorisés étaient didactiques ou religieux. Devenue étudiante indépendante à Paris, je ne vous raconte pas les orgies de cinéma que je m’offrais ! Tous les Gavras, les Kurosawa, Scola, Pasolini et de Sica, les Van Peebles, tous les Varda, Bergman, Herzog, Fassbinder, plus tard, les Jarmusch et Almodòvar, après Hitchcock, Lumet, Mankiewicz… Sans compter les ovnis comme Eisenstein, Ousmane Sembène… 

Comment envisagez-vous votre rôle de présidente du jury ? 

Déjà, pour donner du plaisir, il faut savoir en prendre. Le public cinéphile doit se sentir chez lui, et le public novice doit se sentir à son aise. Nous allons tâcher de maintenir à la fois une ambiance de fête et un climat de découverte. Présider le jury représente pour moi la plus grande part de responsabilité dans cette double ambition. Et je sais combien tout le travail effectué en amont par les équipes de prospection, de repérage, de sélection et d’organisation, avec la précieuse contribution des partenaires aussi bien institutionnels que professionnels, est déterminant. Les autres membres du jury sont de telle qualité, à travers leurs bagages culturels, leurs parcours professionnels et leurs œuvres, que je ne doute pas que nous y parviendrons. Je me délecte déjà à l’idée des discussions probablement passionnées et érudites que nous aurons sur les documentaires.  


Pour vous, quel est l’intérêt du FIFAC en Guyane et dans la Grande région ? 

C’est comme un recentrement du monde. Quelle autre région du monde porte, avec cette évidence et cette vigueur, à la fois la mémoire millénaire des êtres, des sociétés, des lieux, des environnements, des fracas et des harmonies, d’une part ; et d’autre part, le tumulte contemporain des revendications et des conflits ; le tourment des déséquilibres et des pouvoirs ; la conscience des identités composites ? Où trouve-t-on en même temps autant de continuités et de ruptures ? Et un tel art de la narration ! 


Qu’attendez-vous d’un film documentaire ? 

Le documentaire est censé satisfaire à une mission informative. Il laisse donc supposer une esthétique a minima, la rigueur dans le propos, et le prototype serait le documentaire historique où se succèdent des experts, leurs explications alternant avec des images d’archives. Sur l’autre rive, il y aurait le biopic, plus ou moins rigoureux, assez couramment générateur de divergences et de contestation vive ou modérée. Oppenheimer, par exemple, n’y échappe pas. Ce que des cinéastes ont démontré, c’est que le documentaire peut concilier l’exactitude scrupuleuse de faits, sans exclure la complexité ou l’ambivalence de personnages, avec une conception, une dynamique, une forme, bref, une esthétique qui ajoute beauté et épaisseur au sujet traité, qu’il s’agisse de personnalités, d’évènements majeurs, de nos environnements… C’est ce qu’ont très bien réussi Spike Lee avec Malcolm X et BlacKkKlansman ; Marcel Ophüls avec Le chagrin et la pitié ; Alexandra Dean sur Hedy Lamarr ; Agnès Varda sur les Blacks Panthers ; Sarah Maldoror avec Aimé Césaire ou Cap vert ; ou encore Nina Nawalowalo avec A boy called Piano. Ou même Al Gore et Guggenheim sur le climat.  

En quoi le Politique rejoint-il le culturel et comment peut-il intervenir en faveur du développement des expressions culturelles des territoires amazoniens et caribéens ? 

Il y a le Politique qui englobe tous les actes de nos vies, dès lors qu’ils ont un rapport au social ; il y a le culturel, qui révèle nos façons d’être au monde, à la fois enracinés dans un lieu et une histoire, tout en restant disponibles aux autres et à leurs façons d’expliquer le monde et de rêver l’avenir ; il y a la politique qui tente de coudre la vie commune, d’y mettre de la cohésion par le partage des savoirs et l’accès aux arts ; et il y a le pouvoir qui doit conduire des politiques publiques favorables à l’émancipation individuelle, à la civilité, à la créativité. Au plus près des territoires, les collectivités peuvent ou pourraient beaucoup. L’Amazonie et la Caraïbe sont des organes palpitants de notre monde. Il faut leur élargir le champ. 

Fifac-2022---BENE-2

VOUS SOUHAITEZ PARTICIPEZ AU FESTIVAL ?

La 5ème édition du FIFAC à saint-Laurent du Maroni approche à grands pas et nous avons besoin de VOUS !

Comme chaque année, la mobilisation de bénévoles, responsables et désireux.ses de s’investir est nécessaire à la bonne organisation du festival. Chacun y a une place, quels que soient son âge, son expérience et son savoir-faire.

Participez à cette aventure en rejoignant notre équipe de bénévoles, venez partager votre dynamisme et mettre votre bonne humeur au service des artistes, partenaires, intervenant.e.s et du public du festival. Ensemble, nous pourrons nous réjouir de la réussite du Festival.

Pour ce faire, vous pouvez envoyer un mail à logistique@festivalfifac.com, un SMS ou via Whatsapp au +594 694 02 31 15 avec en objet : “Bénévole + Nom/Prénom.  

maman-dilo
expo-maman-dilo
En novembre 2022, lauréats du dispositif “Mondes Nouveaux” proposé par le Ministère de la Culture, T2i et NouN ont réalisé une exposition où différents médiums artistiques se croisent et laissent éclore un vaste univers ainsi qu’une esthétique fidèle à l’héritage Manman Dilo. Elle sera mise à l’honneur par la Direction de la culture, du patrimoine et de la création artistique de la ville de Saint-Laurent du Maroni dans la salle de la Relégation du Camp de la Transportation.

Touna Akʉlʉ, Wata Mama, Manman Dilo ou Yemenja, c’est ainsi que peut être nommé ce mystérieux personnage, mi-femme mi-poisson, que partagent les peuples de Guyane. Ce projet à l’effigie de la “mère des eaux“ est une exposition protéiforme aux inspirations hip-hop, qui propose un imaginaire collectif autour de cette inexplicable créature, qui questionne notre rapport aux éléments.


Visite commentée en présence des deux artistes – Salle de Relégation – Camp de la Transportation

Jeudi 12 octobre : 17h-18h pour les invité.e.s professionnel.e.s

Samedi 14 octobre : 16h-17h pour le grand public

>> Inscriptions :  ciap.slm@saintlaurentdumaroni.fr
Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this
favicon-fifac

ABONNEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Pour rester informé de l'actualité du FIFAC,
merci de remplir le formulaire ci dessous :