Search:
 

FILMS EN COMPÉTITION

L'homme droit
L_homme-droit

Synopsis

Le film s’intéresse au travail de Claude Cauquil, un plasticien majeur de Martinique. Cet artiste s’est penché sur les luttes pour les droits civiques aux USA et qui trouvent une résonance dans la Caraïbe, des combats pour la dignité de l’homme encore malheureusement d’actualité. L’image iconique du « Black Power Salut » sur le podium olympique de Mexico en 1968 a notamment inspiré une œuvre monumentale érigée à Fort-de-France intitulée L’Homme Droit.

LES réalisateurs

Vianney SOTÈS

Vianney Sotès est né à Nantes le 16 octobre 1978. « Passionné par la photo et la vidéo, je pars à Paris en 1997 pour y effectuer une formation audiovisuelle en deux ans. Après des expériences professionnelles sur Paris et Toulouse, je m’installe en Martinique en 2002 et alterne les casquettes de réalisateur, cadreur et monteur. Le magazine tv, le clip et la pub m’occupent pendant de longues années puis viennent la découverte et l’apprentissage du genre documentaire. Je m’associe très souvent avec un(e) co-auteur(e) pour faire mes films, j’aime pouvoir échanger et collaborer autour d’un sujet et apprécie en particulier les thématiques humaines culturelles et artistiques. Je multiplie également les collaborations avec différents producteurs (BCI, Poischiches Films, 1.Ctwo, Bérénice Medias Corp…). »  

William ZÉBINA

William Zébina entame une carrière de journaliste à Martinique la 1ère en  2002 en  tant que pigiste avant d’être recruté. Il obtient la compétence complémentaire France télévisions et exerce aussi bien en qualité de JRI qu’en tant  que rédacteur reporter. Il réalise des reportages seul ou en équipe pour les journaux et réalise des magazines d’informations de 13 et 26 min. Il est l’un des créateurs du magazine d’investigation Place Publique dont l’un des numéros a obtenu le prix Aliker du club presse de Martinique en 2012. William est également présentateur joker du JT 13H et du JT 19h. Depuis 2014, il dirige et présente également le magazine du tour de la Martinique des Yoles Rondes en compagnie de Tiga, diffusé sur Martinique la 1ère, France Ô et TV5 monde. Passionné d’image et de cinéma, il est membre d’A.N.A.N.AS, association qui a pour objet la réalisation d’œuvres audiovisuelles. Après avoir réalisé des clips, un court-métrage, et un 1er documentaire, il co-écrit et co-réalise L’homme droit  avec Vianney Sotès en 2018.

Un film de Vianney Sotès et William Zébina

France – Martinique / 2018 / 52mn

Beau Comme une Image (BCI) 
http://beaucommeuneimage.com

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Vendredi 09/10 – 20h45

  EN LIGNE

• Jeudi 08/10 – 20h30 (heure Guyane)

• Vendredi 09/10 – 15h30 (heure Guyane)

  À LA TV
La 1ère Guyane, Guadeloupe, et Martinique

• Vendredi 09/10 – 21h45

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

AVANT-PREMIÈRE FRANCOPHONE

Lapü
lapu-une

Synopsis

Au milieu du désert de Guajira, Doris, une jeune femme indigène Wayuu, exhume la dépouille de sa cousine afin de la rencontrer pour la dernière fois. À travers un voyage sensoriel, ce rituel l’amène à affronter la mort et à mêler le monde des rêves au monde des vivants.

LES réalisateurS

César ALEJANDRO JAIMES

César Alejandro Jaimes est né à Bogotá, en Colombie, en 1993. Il étudie le cinéma à la Corporacion Universitaria Unitec Oficial de Bogotá. Lapü est son premier long métrage.

Juan Pablo POLANCO

Juan Pablo Polanco est né à Bogotá, en Colombie, en 1994. Il a étudié les beaux-arts et la réalisation cinématographique et a travaillé comme caméraman, monteur et assistant réalisateur sur des productions de films documentaires. Lapü est son premier long métrage.

Un film de Juan Pablo Polanco et Cesar Alejandro Jaimes

Colombie / 2019 / 1h15 / Wayuu sous-titré français

Los Niños Films
https://www.losninosfilms.com

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Jeudi 08/10 – 22h

  EN LIGNE

• Jeudi 08/10 – 17h (heure Guyane)

• Vendredi 09/10 – 22h (heure Guyane)

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

S'aimer en Guyane
s_aimer-en-Guyane

Synopsis

Nous sommes tous le fruit de rencontres humaines et amoureuses, de coups de foudre, de flirts, de passions, de crises et parfois de relations douloureuses… Quelles histoires d’amour porte-t-on dans son sang quand on est Guyanais ? Comment se vit l’amour dans ce département français d’Amérique du Sud à l’histoire complexe ? Aujourd’hui la société guyanaise puise ses racines dans le monde entier. Parler d’amour en Guyane c’est nécessairement aborder la diversité culturelle et l’histoire migratoire. Quelles difficultés peut rencontrer un couple dont les deux membres sont issus de deux cultures différentes ? Ces couples que nous avons rencontrés, qu’ils soient Amérindiens, Bushinengués, Créoles, Hmong, Métropolitains… et qui ont accepté de se raconter, permettent d’observer encore comment l’amour, énergie vitale et universelle, se fraye toujours un chemin.

LES réalisateurs

Léa MAGNIEN

« Après une enfance à Cayenne, je m’en vais étudier à l’Ecole Supérieure d’Aix-en-Provence. J’intègre ensuite l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre de Lyon où je me forme au métier de costumière. Je fais mes premières armes professionnelles au sein de l’équipe costumes de la série Guyane. C’est là que je rencontre Quentin Chantrel, mon partenaire au sein du Collectif Lova Lova. Ensemble, nous donnons naissance à des créatures flamboyantes au travers de photographies créées en Guyane pour l’essentiel mais également à Belém, à Oaxaca au Mexique, à Marseille ou Clermont-Ferrand. Nous réalisons également des courts-métrages, Je suis un vélo  et  Ici c’est Paris,  et travaillons depuis plusieurs années à un documentaire sur la jeunesse et le carnaval de Cayenne. »

Marvin YAMB

« Professeur des écoles en Guyane, c’est en 2014, lors d’un projet de court-métrage avec mes élèves de CE1, que je me suis décidé à laisser au cinéma une place plus conséquente dans ma vie. J’ai alors décidé de quitter l’Education Nationale pour vouer ma vie au cinéma. J’ai réalisé le court-métrage Pangaqui a reçu le prix du jury et celui du public au festival Prix de Court 2015. La même année j’ai intégré l’équipe de la série Guyane de Canal+ en tant qu’assistant régisseur adjoint. J’ai ensuite entamé un cursus de deux ans à l’école EICAR pour me former à la réalisation. En 2016, j’ai réalisé le court-métrage Le goût du calou sur le transport de cocaïne entre Cayenne et Paris, puis j’ai participé au tournage de la série Maroni d’Arte en tant qu’assistant régisseur adjoint. J’ai réalisé le court-métrage Le voile qui traite de l’inceste et j’ai intégré l’équipe du casting de la série Guyane, saison 2 entre 2017 et 2018. En 2019, j’ai été 2ème assistant Mise en Scène sur le court-métrage Lovena d’Olivier Sagne puis j’ai réalisé le court-métrage Parce que je t’aime qui parle de féminicide. 

Un film de Léa Magnien et Marvin Yamb

France – Guyane / 2020 / 52mn

Berenice Medias Corp
https://www.facebook.com/Berenice-Medias-Corp-116498919754338/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Jeudi 08/10 – 20h30 
EN PRÉSENCE DES REALISATEURS

  EN LIGNE

• Jeudi 08/10 – 15h30 (heure Guyane)

• Vendredi 09/10 – 20h30 (heure Guyane)

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

Eaux noires

Synopsis

Un village comme une île au milieu d’un immense marais en zone tropicale. Une plaine de savane inondée, traversée par des troupeaux de zébus broutant dans l’eau des tapis d’herbes flottantes. Des eaux noires poissonneuses abritant des animaux étranges. Chaque jour, Cornélia prend sa pirogue pour cueillir dans ses filets atipas, yayas et coulons tandis qu’au loin les gauchos rassemblent les boeufs. Antonia se souvient du temps où elle aussi conduisait sa pirogue à toute bringue sur les eaux noires du marais. À présent sa pirogue est cassée et ses os trop usés pour pouvoir la porter. Elle partage ses joies et ses peines avec les esprits qui l’entourent en chantant le Kasékò, cette « musique-danse » inventée par les esclaves de Guyane et transmise de génération en génération jusqu’à nos jours. À sa voix se mêlent celles d’Hélène, Berty et Rodor. Doucement nous rencontrons les habitants des lieux : humains, animaux et esprits.

LA réalisatrice

Stéphanie RÉGNIER

Stéphanie Régnier étudie à l’école des Beaux-Arts de Bordeaux puis travaille durant une dizaine d’années comme artiste et programmatrice artistique avant d’intégrer le master II « Documentaire de création » développé par l’Université Stendhal Grenoble III et l’association Ardèche Images à Lussas, où elle réalise deux courts métrages documentaires : Nuit et Jacky Jay, Chemin des jardins. Ce dernier est sélectionné au Festival Traces de Vies à Clermont-Ferrand en 2009. En 2010, elle fonde l’association l’Oumigmag et entame l’écriture et la réalisation de son premier long métrage documentaire : Kelly. Le film reçoit en 2013 le « Prix du Jury jeune » au festival Cinéma du Réel puis une « Étoile de la SCAM » et le « Prix Découverte » de la SCAM. De 2015 à 2017, elle dirige la programmation artistique des rencontres documentaires de Bordeaux Doc en Mai. Elle travaille aujourd’hui à l’écriture de deux longs métrages de fiction : Le Lien, El Rabet et Somewhere a place for us.

Un film de Stéphanie Régnier

France / 2019 / 52mn /  Créole guyanais sous-titré français

Survivance – L’Oumigmag  
http://www.survivance.net/fr/production 
http://oumigmag.free.fr/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Jeudi 08/10 – 19h

  EN LIGNE

• Jeudi 08/10 – 14h (heure Guyane)

• Vendredi 09/10 – 19h (heure Guyane)

  À LA TV
La 1ère Guyane, Guadeloupe, et Martinique

• Jeudi 08/10 – 20h

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

AVANT-PREMIÈRE

Toro La Cou
TORO_LAKOU_SVA_52.00_23_18_17.Still

Synopsis

Tous les ans à Pâques, les héritiers de la formation musicale Rara « Tora La Cou » parviennent de justesse à payer les musiciens et ainsi honorer la tradition de leurs pères. Celle d’amener le groupe au centre-ville de Léogâne et ainsi défendre les couleurs de Acul, leur petit village. Cependant, la concurrence de plus en plus folle et les dépenses qu’elle implique ont rendu particulièrement difficile l’année 2017 pour ces mélomanes et chauvins. « Tora La Cou », une belle communauté de destins à l’épreuve d’une vie de plus en plus chère et d’une concurrence au parfum d’extravagance.

LE réalisateur

Pierre-Michel JEAN

Pierre-Michel Jean vit et travaille à Port-au-Prince comme photo journaliste indépendant et cinéaste. Membre fondateur et actif du collectif de journalistes haïtiens (Kolektif 2D), il est contributeur à leur revue de reportages Fotopaklè. Il a fait des études en Communication sociale et en Sciences juridiques à l’Université d’Etat d’Haïti et est diplômé de Haïti Reporters. Ses travaux photographiques ont déjà été exposés dans le cadre de multiples expositions, collectives en Europe comme à New-York, et personnelle à Port-au-Prince. En 2018, Pierre-Michel est récompensé par le prix du Jeune Journaliste haïtien  pour son travail sur la campagne arc-en-ciel de la communauté LGBTQI. Depuis 2016, il a opéré un virage cinéma, il a réalisé Les guérisseurs de l’ombre, son premier court-métrage documentaire qui sera présenté au Festival Vues d’Afrique de 2017. Toro La Cou  est le titre de son premier documentaire long-métrage sur lequel il travaille depuis 2017. Pierre-Michel Jean est pour le moment boursier de National Geographic (Covid-19 Emergency Fund for Jounalist) et de la Scam « Brouillon d’un rêve » pour son prochain long métrage documentaire.

Un film de Pierre-Michel Jean

Haïti / 2017-2020 / 65mn / Créole haïtien sous-titré français

Fanal Production
http://www.profanal.com/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Mercredi 07/10 – 20h30

  EN LIGNE

• Mardi 06/10 – 20h30 (heure Guyane)

• Mercredi 07/10 – 15h30 (heure Guyane)

  À LA TV
La 1ère Guyane, Guadeloupe, et Martinique

• Mercredi 07/10 – 21h15

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

Pour quelques bananes de plus - Le scandale du chlordécone

Synopsis

Aux Antilles, tout le monde le connaît. 9 personnes sur 10 l’ont dans le sang. C’est un perturbateur endocrinien qui fait de la Martinique la championne du monde des cancers de la prostate. A cause de lui, le nombre de prématurés ne cesse d’augmenter. Il a contaminé un tiers des terres agricoles, les tubercules, la viande, les œufs ; il a pollué les sources et les rivières, touché les poissons et les fruits de mer. Inventé en Amérique, on a perdu sa trace en Europe et personne ne semble pressé de le retrouver. C’est un pesticide toxique et persistant dont on ne se débarrassera pas avant plusieurs siècles. Pour quelques bananes de plus, il a tout contaminé… jusqu’à la politique.

LE réalisateur

Bernard Crutzen

Né en Belgique en 1961, Bernard Crutzen était encore étudiant lorsqu’il a été sélectionné pour La Course autour du Monde, une émission TV pour globe-trotter en herbe. Depuis, il n’a cessé de parcourir la planète, caméra au poing. C’est pourtant en Belgique qu’il tourne le film qui le fera connaître du grand public : Bruxelles Sauvage. En 2017, il se lance dans les documentaires d’investigation, avec Malaria Business, plusieurs fois primé, traduit en 4 langues et diffusé dans 65 pays.

Un film de Bernard Crutzen

France / 2019 / 52mn 

Camera One Television
http://cameraonetv.net/cameraonetv/fr/accueil/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Mardi 06/10 – 20h45

  EN LIGNE

• Mardi 06/10 – 15h30 (heure Guyane)
• Mercredi 07/10 – 20h30 (heure Guyane)

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

AVANT-PREMIÈRE FRANCOPHONE

Massacre river
Massacre-River_small

Synopsis

En 2013, une décision de la Cour constitutionnelle de la République dominicaine a annulé les droits de citoyenneté de plus de 200 000 résidents d’origine haïtienne nés en République dominicaine. Une montée de la politique populiste a également vu surgir des foules violentes dans tout le pays, déterminées à voir la destruction des Dominicains noirs qui vivaient déjà sous la menace constante de la déportation. Face à l’indignation internationale, le gouvernement a mis en place un processus de régularisation, mais pour une durée limitée. Dans une course contre la montre, Pikilina, 23 ans, doit se démener pour rassembler les documents nécessaires pour prouver sa citoyenneté et l’obtenir aussi pour ses deux enfants. Ce terrible regard sur le visage du nationalisme survient plus de 80 ans après que le dictateur Rafael Trujillo a ordonné le massacre de plus de 12 000 Haïtiens vivant à la frontière nord. Avec l’histoire d’une femme de lutte, Massacre River propose une étude sur la précarité de la vie noire et le fantasme odieux des frontières.

LA réalisatrice

Suzan BERAZA

Suzan Beraza est une Hispano-Latino-Américaine et est née et a grandi dans les Caraïbes. Ses films ont été diffusés sur Independent Lens, World Channel, Pivot TV et sur Documentary Channel, au Lincoln Center et dans de nombreux festivals. Son premier film, Bag it, a remporté le Britdoc Impact Award à Berlin et a été diffusé dans plus de cinquante pays. Uranium Drive-In a reçu un financement du Sundance Institute et de Chicken and Egg et a été présenté à Good Pitch et au Hot Docs Pitch Forum. Le film a reçu le Big Sky Award, a été récompensé pour son excellence documentaire par l’Alliance of Women Film Journalists et a fait partie de l’American Film Showcase, un programme cinématographique international du Département d’État américain. Son plus récent film, Massacre River : The Woman Without a Country, diffusé sur PBS en 2019, a reçu un financement de l’ITVS et a été sélectionné pour le Latino Media Market, la bourse Points North du Festival international du film de Camden et l’IFP Spotlight on Documentaries. Suzan est aussi directrice du festival Mountainfilm à Telluride, au Colorado, depuis 2017.

Un film de Suzan Beraza

Etats-Unis – République dominicaine / 2019 / 1h20 / Espagnol sous-titré français

Reel Things Films
https://www.reelthing.us

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Vendredi 09/10 – 19h

  EN LIGNE

• Jeudi 08/10 – 19h (heure Guyane)

• Vendredi 09/10 – 14h (heure Guyane)

  À LA TV
La 1ère Guyane, Guadeloupe, et Martinique

• Vendredi 09/10 – 20h

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

AVANT-PREMIÈRE FRANCOPHONE

Érase una vez en Venezuela - Congo Mirador
Era-vez-en-Venezuela

Synopsis

Sur les eaux paisibles du lac Maracaibo, une petite maison abîmée de fer et de bois tente désespérément de rester à flot tandis que, remorquée par un bateau, elle cherche un nouvel endroit pour s’installer. A bord, dans cette maison devenue carcasse, vont ceux qui en sont les habitants. Tout au long du film, cette image puissante, répétée plusieurs fois avec différentes familles, symbolise et synthétise la vie – et ce qu’il en reste – au Congo Mirador, un village lacustre au cœur du pétrole du Venezuela. Menacé par la sédimentation croissante et étouffé par de nombreux besoins, son peuple est radicalement divisé entre « chavistes » et l’opposition. Le documentaire suit, sur plusieurs années, la vie de certains d’entre eux, alors qu’ils luttent, entre le doute de rester et la peur de partir. Érase una vez en Venezuela – Congo Mirador n’est pas seulement l’histoire d’un lieu voué à disparaître, mais celle de l’espoir qui s’évanouit après la mort de Chavez et la nouvelle direction de la révolution bolivarienne.

LA réalisatrice

Anabel RODRÍGUEZ RÍOS

Anabel Rodríguez Ríos a obtenu un master d’arts en réalisation à la London Film School. Son court-métrage documentaire El galón, qui fait partie de la série Why Poverty, se rend dans plus de cinquante festivals de films à travers le monde, dont HotDocs, IDFA et reçoit la bourse Latino du Tribeca Film Institute. Son premier long métrage documentaire, Érase una vez en Venezuela – Congo Mirador, a été présenté en première mondiale au Festival du film de Sundance 2020.

Un film de Anabel Rodríguez Ríos

Venezuela / 2020 / 1h39 / Espagnol sous-titré français

Rise and Shine Distribution – Spiraleye Films
https://www.spiraleyeproductions.com

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Mercredi 07/10 – 22h

  EN LIGNE

• Mardi 06/10 – 22h (heure Guyane)

• Mercredi 07/10 – 17h (heure Guyane)

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

AVANT-PREMIÈRE FRANCOPHONE

dee sitonu a weti

Synopsis

Dee Sitonu a Weti (Stones Have Laws) est une immersion dans la vie d’une communauté du Suriname. Combinant des histoires de traditions ancestrales africaines et de fuites de l’esclavage avec des rituels contemporains, le film explore comment les liens puissants de la communauté avec la terre ont été menacés alors que les industries menacent de dévaster la région par la déforestation et l’exploitation minière.

LEs réalisateurs

Lonnie Van Brummelen et Siebren De Haan

Les plasticiens néerlandais Lonnie Van Brummelen et Siebren De Haan travaillent ensemble en tant qu’artistes collaborateurs depuis 2002, produisant des installations cinématographiques, des sculptures et des collages qui explorent des paysages culturels et géopolitiques. La plupart de leurs projets impliquent un travail de terrain approfondi et des collaborations à long terme. Dee Sitonu A Weti (Stones Have Laws) a été réalisé en collaboration avec la communauté Maron du Suriname.

Tolin Alexander

Tolin Alexander (Marowijne, Suriname, 1971) est écrivain, réalisateur, acteur et danseur surinamais. Il est spécialisé dans le théâtre interculturel et les projets communautaires. Il collabore régulièrement avec des organisations telles que ArtLab, Kifoko, NAKS et le groupe Sana Budaya, et la Fondation Kibii à Moengo (Marcel Pinas). Tolin Alexander a rejoint le projet Stones Have Laws en tant que chercheur en 2015 et en a été l’un des directeurs. Il vit et travaille au Suriname.

Un film de Lonnie Van Brummelen, Siebren De Haan et Tolin Erwin Alexander

Pays-Bas – Surinam / 2018 / 1h40
Saamaka et Okanisi sous-titré français 

VRIZA – Serious Film – Ideal Film
https://vriza.org/en/productions/
https://www.seriousfilm.nl/
https://idealfilmprod.com/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Mardi 06/10 – 22h

  EN LIGNE

• Mardi 06/10 – 17h (heure Guyane)

• Mercredi 07/10 – 22h (heure Guyane)

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

Camarade Jean

Synopsis

C’est l’histoire du parcours exceptionnel de Louis Théodore, alias « Camarade Jean » qui fut l’un des fondateurs du mouvement indépendantiste guadeloupéen. Il connut la clandestinité, changea d’identité, croisa la route de grands révolutionnaires parmi lesquels Mao Zedong, Fidel Castro, Che Guevara, Ahmed Ben Bela… Retour sur une période mouvementée de l’histoire de la fin du 20e siècle, sur l’itinéraire d’un homme hors du commun, dont l’utopie a été de vouloir changer radicalement la Guadeloupe et le monde…

LE réalisateur

Franck Salin

Franck Salin est réalisateur, écrivain et journaliste spécialiste de la Caraïbe et de l’Afrique. Il a travaillé pour de nombreux médias, parmi lesquels RFI, RFO, ARTE, TV5 Monde et Afrik.com, dont il a été le rédacteur en chef. Passionné par le documentaire, il a collaboré avec, entre autres, les maisons de production Doc en Stock, Zoulou Cie, Palaviré, BCI et Séquence 25.

Un film de Franck Salin

France – Guadeloupe / 2019 / 66mn

Beau Comme une Image (BCI) 
http://beaucommeuneimage.com

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Mercredi 07/10 – 19h

  EN LIGNE

• Mardi 06/10 – 19h (heure Guyane)

• Mercredi 07/10 – 14h (heure Guyane)

  À LA TV
La 1ère Guyane, Guadeloupe, et Martinique

• Mercredi 07/10 – 20h

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this
X
favicon-fifac

ABONNEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Pour rester informé de l'actualité du FIFAC,
merci de remplir le formulaire ci dessous :