Fokus Martinique

Big in jazz collective

Synopsis

Le Biguine Jazz Festival 2020 qui devait fêter son 18ème anniversaire ne pourra se tenir au vu des conditions sanitaires. Pour pallier cette absence, les directeurs artistiques de ce festival, Thomas Boutant et Manuel Boutant, ainsi que le comité martiniquais de la musique, ont décidé de fonder le «  Big in Jazz Collective ». Ce collectif d’artistes musiciens antillais, composé entre autres de Maher Beauroy, Tilo Bertholo, Ludovic Louis, Sonny Troupé, … s’est réuni du 15 au 26 août 2020 dans une maison proche de la commune « Le François », afin de réinterpréter et d’enregistrer des titres emblématiques du répertoire et du patrimoine musical des régions créolophones françaises.

 

LA RÉALISATRICE

Marina JALLIER

Marina Jallier est réalisatrice. Ayant vécu majoritairement au cœur du Quartier latin, considéré comme le centre historique de la cinéphilie parisienne, Marina a grandi au sein d’un environnement encourageant l’épanouissement culturel et la créativité. Ella a appris à monter, filmer et prendre des photos de façon autonome, avant de consolider ces connaissances lors d’une formation et deux ans d’alternance. Elle s’est ensuite tournée vers le milieu musical, ce qui l’amène à collaborer avec de nombreux artistes et festivals afin de réaliser les prises de vue et montage de leurs concerts / festivals / tournées. C’est suite à la proposition de capter le Big In Jazz Collective qu’elle décide de réaliser son premier documentaire en Martinique sur cette résidence de création, dont la mission principale fut de réaliser et d’exporter des pièces musicales uniques et originales à partir du répertoire du patrimoine musical antillais.

 

Un film de Marina Jallier

France – Martinique / 2020 / 52’

Zycopolis Productions

https://zycopolis.com/fr/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN LIGNE

Disponible le 12/10

en Guyane – Outre-mer – Haïti – France hexagonale  

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2021

Les Statues de la discorde
statues-de-la-discorde

Synopsis

C’est l’histoire de militants et de militantes qui s’attaquent aux symboles du passé pour changer le présent. Ils et elles déboulonnent les statues et les plaques de rue à la gloire de personnages coloniaux, pour appeler à la justice, à l’égalité, et à la reconnaissance d’une histoire effacée. De la Martinique à la Réunion, en passant par Paris, Les Statues de la Discorde va à la rencontre de ces citoyens révoltés pour savoir qui ils sont, et comprendre les causes de leur geste.

LE RÉALISATEUR

Emile RABATÉ

Diplômé de l’école de journalisme du CELSA, Emile Rabaté commence sa carrière à Libération. De 2012 à 2016, il écrit portraits, critiques et grands reportages pour les services Culture et Grand Format du journal, spécialisé dans le domaine Afrique/Antilles. Il multiplie en parallèle les expériences : radio avec France Inter et France Bleu Nord ; locales avec le quotidien régional Nord Éclair ; web avec Mondomix ; correspondant en Bretagne pour Ebdo… Passionné de voyages et de cinéma, il se consacre au film documentaire depuis 2015. Il débute comme assistant-réalisateur et preneur de son, avant de passer co-auteur, puis co-réalisateur. Les Statues de la discorde est son premier film en tant que réalisateur. 

Un film de Emile Rabaté

France – Martinique / 2021 / 52’

Beau Comme Une Image Productions
http://www.beaucommeuneimage.com/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN LIGNE

Disponible le 12/10

en Guyane – Outre-mer – France hexagonale  

sur le portail des Outre-mer

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2021

Patrick Chamoiseau,
ce que nous disent les gouffres
Patrick Chamoiseau ce que nous disent les gouffres

Synopsis

Un voyage au cœur des émotions créatrices de l’artiste-écrivain prix Goncourt, Patrick Chamoiseau. Du premier manuscrit, aux carnets de notes contemporains : « partir d’un impossible, à la recherche des conjonctions de forces ». Sa mère Man Ninotte, son père réciteur de La Fontaine, ses instituteurs, sa « senthimenthèque » : Faulkner, Villon, Garcia Marquez, Césaire, San Antonio, Rabelais, René Char, Édouard Glissant… Né en 1953 en Martinique, forgé dans la créolité et grandi sur les cendres de l’esclavage, il nous rappelle qu’ici, les morts sont partout, amérindiens, esclaves, nègres marrons, sans sépulture. Domination, exploitation esclavagiste et coloniale. Migrations, métissages, créolisation, errance dessinent aujourd’hui l’avenir de notre monde. Patrick Chamoiseau dresse un réquisitoire contre la mondialisation et le capitalisme. Une poétique de la résistance. Il pose à chacun d’entre nous la seule question qui vaille : le Monde a-t-il une intention ?

LES RÉALISATEURS

Jean-François RAYNAUD

Yves CAMPAGNA

Bruno GUICHARD

Depuis une vingtaine d’années, Jean-François Raynaud et Yves Campagna ont développé une pratique de co-réalisation de films documentaires avec la même curiosité toujours en éveil pour de nouvelles rencontres. Auteurs-réalisateurs, ils n’en sont pas moins artisans dans l’âme, allant jusqu’à filmer pour l’un et enregistrer le son pour l’autre de tous leurs films. Souvent leur préférence est allée au portrait ; là où la relation s’enrichit mutuellement. Du combat des femmes à la pratique du politique, de l’autisme à la douleur chronique, de la littérature à la musique, les films des deux documentaristes adviennent le plus souvent grâce à une rencontre. Ainsi le long-métrage consacré à François Maspero et déjà réalisé avec Bruno Guichard. C’est à cette occasion que s’est amorcée l’idée du portrait aujourd’hui consacré à Patrick Chamoiseau. Bruno Guichard, producteur et réalisateur, travaille aussi dans le domaine de l’édition (Direction de l’ouvrage Les tremblements du monde, écrire avec Patrick Chamoiseau– éd. A plus d’un titre, 2009).

Un film de Jean-François Raynaud, Yves Campagna, Bruno Guichard

France – Martinique / 2020 / 74’

 Vie des hauts production

http://www.vie-des-hauts-production.com/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN LIGNE

Disponible le 16/10 en Guyane- Outre-mer – Haïti – France hexagonale

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2021

Labalavi

>> Contenus digitaux

Labalavi

Synopsis

LaBaLaVi est un projet documentaire qui raconte le destin de ceux qui ont quitté leurs terres ultramarines pour venir travailler en France hexagonale à la suite du BUMIDOM (le bureau pour le développement des migrations dans les départements d’Outre-mer) ou plus récemment. Des Ultramarins racontent leurs histoires personnelles, leur déracinement et leurs chemins dans l’Hexagone pour s’adapter à « la vie là-bas » sans pour autant perdre leur identité.

LES RÉALISATEUR et REALISATRICE

Cédrick-Isham CALVADOS

Photographe et réalisateur. Cédrick-Isham Calvados fait ses premiers pas en photographie en 2004 et décide de se lancer véritablement en 2009 avec l’acquisition de son premier boîtier reflex numérique.

Son travail photographique prend un véritable tournant en 2013, par le biais d’un projet lancé sur les réseaux sociaux intitulé : La Guadeloupe, mon visage. Il y fait le choix d’approcher les sujets par le biais de portraits serrés qui sont pour lui une façon de vaincre le rejet de soi, de sa propre image et de la peur du regard de l’autre.

S’intéressant à des sujets touchants et avant tout à la nature humaine, il cherche en toutes choses à mettre en avant la dignité des hommes et des femmes quelles que soient leurs conditions. Persuadé que son appareil est un prolongement de sa personnalité, c’est en observateur attentif qu’il pose un regard mêlant poésie, douceur et réalisme sur les âmes ainsi que les identités qui l’environnent.

Kelly PUJAR

Journaliste et auteure. Enfant de la Martinique, Kelly Pujar achève sa formation à l’école de journalisme de Sciences-Po à Paris en 2008, année où elle intègre la rédaction de France Ô. Spécialisée dans l’actualité des Outre-mer France, avant de faire ses armes comme JRI (Journaliste reporter d’images) à France 3 en régions, Kelly Pujar participe à la première saison de l’émission La Quotidienne sur France 5 en 2013. Elle fait ses débuts à la présentation d’un JT avec L’Info Outre-mer en septembre 2019. Elle n’abandonnera pas le terrain pour autant.

réalisé par Cédrick-Isham Calvados et Kelly Pujar

France – Martinique / 2020 / 12x7mn

Une sélection de 3 épisodes

Zebra Production – France Télévisions

https://zebra-production.com/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN LIGNE

Disponible le 16/10

en Guyane – Outre-mer – Haïti – France hexagonale  

Découvrez la série sur le portail des Outre-mer

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2021

Monchoachi, la parole sovaj

>> Longs-Métrages en Compétition

>> Fokus Martinique

Monchoachi affiche_14907

Synopsis

Monchoachi est un poète (il dit que l’on devrait prononcer ce mot en tremblant), philosophe (il préfère penseur), essayiste, il cherche à construire une pensée qu’il revendique sauvage. Une pensée qui se déprend de l’occident, donc éminemment libre. Beaucoup sont ceux qui ont puisé dans son œuvre force de résistance, de création ou de survie face à la violence de la société contemporaine. Cheminer avec Monchoachi, c’est trouver écho à nos interrogations sur notre place dans le monde, en relation avec la Nature, la Parole et le Sacré.

LA RÉALISATrice

Arlette PACQUIT

Arlette Pacquit est une journaliste et réalisatrice martiniquaise. Elle a écrit et réalisé plusieurs films sur la culture caribéenne. Son long-métrage documentaire Héritiers du Vietnam (2015), produit par SaNoSi Productions lui a valu de nombreuses sélections et le prix du « Meilleur documentaire de la Caraïbe » aux Rencontres Cinémas Martinique ainsi que celui du « Meilleur film de la diaspora » au Festival Africlap de Toulouse. Toujours à la recherche de clés pour comprendre le monde d’aujourd’hui, elle nous présente son nouveau documentaire de création Monchoachi, la Parole Sovaj, la parole indomptée d’un poète et penseur.

Un film de Arlette Pacquit 

France – Martinique / 2021 / 1h10 / Créole, Français

Sanosi Production

http://www.sanosi-productions.com/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN LIGNE

Disponible le 12/10

en Guyane – Outre-mer – Haïti – France hexagonale  

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2021

Tu crois que la terre est chose morte

>> Longs-Métrages en Compétition

>> Fokus Martinique

tu crois que la terre

Synopsis

Un quart des terres de Martinique est gravement pollué après plusieurs décennies de recours incontrôlé à un pesticide extrêmement toxique, la chlordécone, utilisé pour traiter les bananeraies, première ressource d’exportation économique de l’île. Tu crois que la terre est chose morte construit un regard sur la « crise écologique » à partir du sol martiniquais. Dans le film, la pensée autour de l’écologie ne se limite pas à la question de la nature et aux écosystèmes détériorés. Il explore les lieux de résistance à cette crise et met en scène des femmes et des hommes qui se pensent et qui agissent sur le terrain historique de la colonialité, où la lutte écologique est intriquée à celle de l’histoire coloniale.

La réalisatrice

Florence LAZAR

Florence Lazar est une réalisatrice et plasticienne française. Depuis 20 ans, ses vidéos, installations et photographies sont exposées dans les musées et centres d’art contemporain en France et à l’Etranger. Ses œuvres s’attachent à révéler l’émergence d’une parole, et des gestes dans un contexte géographique et social particulier. Le recours à l’enquête historique et la notion de transmission de l’histoire sont les vecteurs de son travail.

Un film de Florence Lazar

France – Martinique / 2019 / 1h10 / Français, Créole

SisterProd

http://sisterprod.com/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN LIGNE

Disponible le 14/10

en Guyane – Outre-mer – Haïti – France hexagonale  

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2021

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this
X
favicon-fifac

ABONNEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Pour rester informé de l'actualité du FIFAC,
merci de remplir le formulaire ci dessous :