Author: ramon

Real Stories Original (saison 1 - épisode 16)
« Surf Girls Jamaica »
Surf girls Jamaïca

Synopsis

Grandir en Jamaïque, en particulier à Kingston, lorsqu’on est une femme n’a rien d’idyllique. Abus et violences sont souvent le quotidien des femmes jamaïcaines. Imani Wilmot, fille de Billy Wilmot, légende du surf dans le pays, a dédié sa vie à aider ces femmes meurtries grâce à la pratique du surf et à une reconnexion à la nature. C’est ainsi qu’Imani définit sa mission avec son association, Surf Girls Jamaïca. Elle se bat pour que les Jamaïcaines aient accès au sport et se libèrent de leur vie quotidienne, pour la plupart difficile et précaire.

LES réalisatrices

Joya BERROW & Lucy JANE

Joya Berrow & Lucy Jane sont des réalisatrices de documentaires primés, dont le travail a été diffusé par National Geographic, Nowness, Real Stories, VICE et Red Bull Media House. Reconnaissant leur privilège d’avoir grandi à la campagne, leurs films visent à créer des récits stimulants sur l’accès à la nature. Avec une force pour naviguer dans des histoires qui apportent de la lumière à des perspectives nouvelles et sous-représentées, elles utilisent le potentiel des films comme un moyen à fort impact pour contester les problèmes mondiaux de justice sociale et environnementale. Commandé en 2019 par Real Stories, Surf Girls Jamaica est un puissant élément de plaidoyer, exigeant l’inclusion et l’égalité dans les sports extrêmes, à la suite du parcours personnel d’Imani Wilmot. Cette année, elles ont sorti de nouveaux films distinctifs, mettant en lumière diverses voix dans la crise climatique mondiale, en collaboration avec des communautés au Royaume-Uni, en Colombie et à Bali, dont Dive Tierra Bomba Dive, commandé par Red Bull Media House.

de Joya Berrow & Lucy Jane

Royaume-Uni / 2020 / Web-série / anglais sous-titré français

The Right to Roam
https://realstories.pixel.video/series/real+stories+originals

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN LIGNE

• Mercredi 07/10 – 20h  (heure Guyane)

• Vendredi 09/10 – 18h (heure Guyane)

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

The Night Readers
Night-readers

Synopsis

À peine cinq ans après son indépendance, le Suriname, auparavant colonie hollandaise, voit le colonel Desi Bouterse prendre le pouvoir par un coup dʼÉtat. En puisant dans les archives de RFO Guyane (Guyane la 1ère), Mathieu Kleyebe Abonnenc revient sur la guerre civile qui a opposé de 1986 à 1992 le dictateur à son ancien garde du corps, Ronnie Brunswijk, instigateur d’un jungle commando. Le film raconte à la fois ces affrontements, le long du fleuve Maroni, la dévastation matérielle et humaine qui en coûte à la population civile, et la représentation partiale qui est faite de ce conflit sur la chaîne française : la Guyane française, limitrophe, négocie comme elle peut avant d’accueillir à contrecœur des milliers de réfugiés.

LE réalisateur

Mathieu Kleyebe Abonnenc

À travers une démarche multiforme qui comprend les activités d’artiste, de chercheur, de commissaire d’exposition et de programmateur de films, Mathieu Kleyebe Abonnenc s’attache à explorer les zones négligées par l’histoire coloniale et post-coloniale. L’absence, la hantise et la représentation de la violence sont autant de thèmes abordés dans le travail de l’artiste qui procède par extraction et excavation et oeuvre à la réinscription, dans l’histoire collective, de personnalités et de matériaux culturels passés sous silence. Engageant souvent la collaboration d’acteurs issus de divers champs disciplinaires et incorporant la production de dessins, de films, de diaporamas et de dispositifs discursifs, la pratique de Mathieu Kleyebe Abonnenc se définit plus particulièrement en fonction d’une interrogation, d’un tissage d’affiliations et d’une réflexion sur le rôle des images dans la formation des identités.

Un film de Mathieu Kleyebe Abonnenc

France – Guyane / 2018 / 52mn

Red shoes & Mathieu Kleyebe Abonnenc
https://www.facebook.com/redshoesprod/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Mardi 06/10 – 22h

  EN LIGNE

• Mardi 06/10 – 17h (heure Guyane)

• Mercredi 07/10 – 22h (heure Guyane)

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

1979, Hmong de Javouhey
1979-H_mong

Synopsis

Ya, Ly, Stéphane, Clément, et Aurore sont Hmong. Après avoir quitté précipitamment leurs montagnes laotiennes pour se réfugier dans des camps en Thaïlande et fuir le régime communiste, les Hmong ont été accueillis en Guyane par l’État français afin de peupler et cultiver les terres de l’ouest de la région. Dès leur arrivée sur le tarmac de l’aéroport Félix Éboué de Cayenne un soir de novembre 1979, un vent de liberté les envahit. Enfin, après toutes ces années d’attente, ils peuvent vivre leur vie et commencer à construire quelque chose, loin de leurs terres natales du Laos. 40 ans plus tard, comment la vie s’est-elle mise en place dans ce petit village de l’Ouest guyanais ? Comment les Hmong s’en sont-ils sortis ? Et comment perçoivent-ils l’avenir ?

LE réalisateur

François GRUSON

Après un Master en Réalisation et Production Documentaire à l’Université Lyon 2, il multiplie les expériences en production, d’abord à Lyon puis au Cambodge avant d’atterrir en Guyane. En plus de développer des productions documentaires, il en réalise certaines. 1979, Hmong de Javouhey en fait partie, ce documentaire est son premier film.

Un film de François Gruson

France – Guyane / 2020 / 52mn

5°Nord Productions
http://5dnprod.fr

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Jeudi 08/10 – 19h

  EN LIGNE

• Mercredi 07/10 – 14h (heure Guyane)

• Vendredi 09/10 – 19h (heure Guyane)

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

Men sa Lanmè Di (Ainsi parla la mer)
Men-sa-Lanmè-Di-Ainsi-parle-la-mer-

Synopsis

La Mer d’Haïti comme vous ne l’avez jamais vue, ni entendue. Dans ce documentaire, la Mer raconte son histoire avec le peuple haïtien. Vague après vague, la Mer caresse ses richesses, dévoile ses mystères, et pousse un cri d’alarme. De la surexploitation de ses ressources aux effets du changement climatique en passant par la pollution, la Mer vous raconte ses péripéties tout en vous plongeant dans ses différentes nuances de bleu. Elle expose avec franchise et candeur les défis à relever et les opportunités à saisir avant qu’il ne soit trop tard. Des prêtresses vaudou, des pêcheurs, des marchandes, des artistes, des entrepreneurs, des experts urbanistes, historiens, biologistes, des experts climatiques, toutes et tous des enfants d’Haïti, viennent faire corps avec leur Mer qui leur donne aussi la parole dans son récit. Ce film est une invitation au voyage. Une invitation à la découverte mais aussi à la prise de conscience : l’horizon d’Haïti sera côtier ou ne sera pas.

LE réalisateur

Arnold ANTONIN

Arnold Antonin est connu tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays pour son engagement social, politique et culturel. Avec plus de 60 films à son actif, il a réalisé le premier long-métrage haïtien.

Il a été honoré pour l’ensemble de son œuvre dans le cadre de la remise du Prix Djibril Diop Mambety au Festival International de Cinéma de Cannes en 2002. Il a eu trois fois consécutives le Prix Paul Robeson du meilleur film de la Diaspora africaine au FESPACO à Ouagadougou en 2007, 2009 et 2011, ainsi que de nombreux prix et mentions dans différents festivals pour ses documentaires et ses films de fiction. Il a été président de l’Association Haïtienne des Cinéastes (AHC) de 2005 à 2009.

Il a fondé en 1986 le Centre Pétion-Bolivar, dont l’un des objectifs premiers est d’encourager la démocratisation du secteur de l’audiovisuel en Haïti. C’est aussi à travers cette organisation que Arnold Antonin réalise ses documentaires et fictions. 

Un film de Arnold Antonin

Haïti / 2020 / 49mn / Créole haïtien sous-titré français

Centre Pétion-Bolivar
https://arnold-antonin-films.myshopify.com/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Mardi 06/10 – 19h

  EN LIGNE

• Mardi 06/10 – 14h (heure Guyane)

• Mercredi 07/10 – 19h (heure Guyane)

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

Cuba entre Sol y Luz
CUBA-ENTRE-SOL-Y-LUZ-still

Synopsis

À première vue, ce qui ressemble à un vieux bâtiment abandonné à La Havane a été la tombe des soldats de l’occupation britannique, le berceau du socialisme en Amérique et le cimetière de centaines de bébés, victimes du premier camp de concentration reconnu dans le monde. Environ 380 ans d’Histoire sont derrière ces murs dont plusieurs présidents ont essayé de se débarrasser.

LA réalisatrice

Simone DE SOUSA MESQUITA

Archéologue, titulaire d’un doctorat en études visuelles (Université fédérale de Rio de Janeiro). Elle a travaillé pour une série télévisée en 13 épisodes, Bom Dia Arqueologia, qui présente un sujet sans précédent à la télévision brésilienne. Elle est diplômée du « Masters of Documentary Filmmaking » de l’École Internationale de Cinéma et de Télévision de San Antonio de los Baños (EICTV), Cuba, et a également participé à trois cours offerts par cette école : « Introduction au scénario », « Introduction à la réalisation de films » et « Réalisation de films documentaires ».

Un film de Simone de Sousa Mesquita

Brésil – Cuba / 2019 / 52mn / Portugais sous-titré français

Doc & Rio Filmes
https://www.docrio.com

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Mardi 06/10 – 20h30

  EN LIGNE

• Mardi 06/10 – 15h30 (heure Guyane)

• Mercredi 07/10 – 20h30 (heure Guyane)

  À LA TV
La 1ère Guyane, Guadeloupe, et Martinique

• Mardi 06/10 – 21h35

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

Eaux noires

Synopsis

Un village comme une île au milieu d’un immense marais en zone tropicale. Une plaine de savane inondée, traversée par des troupeaux de zébus broutant dans l’eau des tapis d’herbes flottantes. Des eaux noires poissonneuses abritant des animaux étranges. Chaque jour, Cornélia prend sa pirogue pour cueillir dans ses filets atipas, yayas et coulons tandis qu’au loin les gauchos rassemblent les boeufs. Antonia se souvient du temps où elle aussi conduisait sa pirogue à toute bringue sur les eaux noires du marais. À présent sa pirogue est cassée et ses os trop usés pour pouvoir la porter. Elle partage ses joies et ses peines avec les esprits qui l’entourent en chantant le Kasékò, cette « musique-danse » inventée par les esclaves de Guyane et transmise de génération en génération jusqu’à nos jours. À sa voix se mêlent celles d’Hélène, Berty et Rodor. Doucement nous rencontrons les habitants des lieux : humains, animaux et esprits.

LA réalisatrice

Stéphanie RÉGNIER

Stéphanie Régnier étudie à l’école des Beaux-Arts de Bordeaux puis travaille durant une dizaine d’années comme artiste et programmatrice artistique avant d’intégrer le master II « Documentaire de création » développé par l’Université Stendhal Grenoble III et l’association Ardèche Images à Lussas, où elle réalise deux courts métrages documentaires : Nuit et Jacky Jay, Chemin des jardins. Ce dernier est sélectionné au Festival Traces de Vies à Clermont-Ferrand en 2009. En 2010, elle fonde l’association l’Oumigmag et entame l’écriture et la réalisation de son premier long métrage documentaire : Kelly. Le film reçoit en 2013 le « Prix du Jury jeune » au festival Cinéma du Réel puis une « Étoile de la SCAM » et le « Prix Découverte » de la SCAM. De 2015 à 2017, elle dirige la programmation artistique des rencontres documentaires de Bordeaux Doc en Mai. Elle travaille aujourd’hui à l’écriture de deux longs métrages de fiction : Le Lien, El Rabet et Somewhere a place for us.

Un film de Stéphanie Régnier

France / 2019 / 52mn /  Créole guyanais sous-titré français

Survivance – L’Oumigmag  
http://www.survivance.net/fr/production 
http://oumigmag.free.fr/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Jeudi 08/10 – 19h

  EN LIGNE

• Jeudi 08/10 – 14h (heure Guyane)

• Vendredi 09/10 – 19h (heure Guyane)

  À LA TV
La 1ère Guyane, Guadeloupe, et Martinique

• Jeudi 08/10 – 20h

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

AVANT-PREMIÈRE

Toro La Cou
TORO_LAKOU_SVA_52.00_23_18_17.Still

Synopsis

Tous les ans à Pâques, les héritiers de la formation musicale Rara « Tora La Cou » parviennent de justesse à payer les musiciens et ainsi honorer la tradition de leurs pères. Celle d’amener le groupe au centre-ville de Léogâne et ainsi défendre les couleurs de Acul, leur petit village. Cependant, la concurrence de plus en plus folle et les dépenses qu’elle implique ont rendu particulièrement difficile l’année 2017 pour ces mélomanes et chauvins. « Tora La Cou », une belle communauté de destins à l’épreuve d’une vie de plus en plus chère et d’une concurrence au parfum d’extravagance.

LE réalisateur

Pierre-Michel JEAN

Pierre-Michel Jean vit et travaille à Port-au-Prince comme photo journaliste indépendant et cinéaste. Membre fondateur et actif du collectif de journalistes haïtiens (Kolektif 2D), il est contributeur à leur revue de reportages Fotopaklè. Il a fait des études en Communication sociale et en Sciences juridiques à l’Université d’Etat d’Haïti et est diplômé de Haïti Reporters. Ses travaux photographiques ont déjà été exposés dans le cadre de multiples expositions, collectives en Europe comme à New-York, et personnelle à Port-au-Prince. En 2018, Pierre-Michel est récompensé par le prix du Jeune Journaliste haïtien  pour son travail sur la campagne arc-en-ciel de la communauté LGBTQI. Depuis 2016, il a opéré un virage cinéma, il a réalisé Les guérisseurs de l’ombre, son premier court-métrage documentaire qui sera présenté au Festival Vues d’Afrique de 2017. Toro La Cou  est le titre de son premier documentaire long-métrage sur lequel il travaille depuis 2017. Pierre-Michel Jean est pour le moment boursier de National Geographic (Covid-19 Emergency Fund for Jounalist) et de la Scam « Brouillon d’un rêve » pour son prochain long métrage documentaire.

Un film de Pierre-Michel Jean

Haïti / 2017-2020 / 65mn / Créole haïtien sous-titré français

Fanal Production
http://www.profanal.com/

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Mercredi 07/10 – 20h30

  EN LIGNE

• Mardi 06/10 – 20h30 (heure Guyane)

• Mercredi 07/10 – 15h30 (heure Guyane)

  À LA TV
La 1ère Guyane, Guadeloupe, et Martinique

• Mercredi 07/10 – 21h15

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

AVANT-PREMIÈRE FRANCOPHONE

Massacre river
Massacre-River_small

Synopsis

En 2013, une décision de la Cour constitutionnelle de la République dominicaine a annulé les droits de citoyenneté de plus de 200 000 résidents d’origine haïtienne nés en République dominicaine. Une montée de la politique populiste a également vu surgir des foules violentes dans tout le pays, déterminées à voir la destruction des Dominicains noirs qui vivaient déjà sous la menace constante de la déportation. Face à l’indignation internationale, le gouvernement a mis en place un processus de régularisation, mais pour une durée limitée. Dans une course contre la montre, Pikilina, 23 ans, doit se démener pour rassembler les documents nécessaires pour prouver sa citoyenneté et l’obtenir aussi pour ses deux enfants. Ce terrible regard sur le visage du nationalisme survient plus de 80 ans après que le dictateur Rafael Trujillo a ordonné le massacre de plus de 12 000 Haïtiens vivant à la frontière nord. Avec l’histoire d’une femme de lutte, Massacre River propose une étude sur la précarité de la vie noire et le fantasme odieux des frontières.

LA réalisatrice

Suzan BERAZA

Suzan Beraza est une Hispano-Latino-Américaine et est née et a grandi dans les Caraïbes. Ses films ont été diffusés sur Independent Lens, World Channel, Pivot TV et sur Documentary Channel, au Lincoln Center et dans de nombreux festivals. Son premier film, Bag it, a remporté le Britdoc Impact Award à Berlin et a été diffusé dans plus de cinquante pays. Uranium Drive-In a reçu un financement du Sundance Institute et de Chicken and Egg et a été présenté à Good Pitch et au Hot Docs Pitch Forum. Le film a reçu le Big Sky Award, a été récompensé pour son excellence documentaire par l’Alliance of Women Film Journalists et a fait partie de l’American Film Showcase, un programme cinématographique international du Département d’État américain. Son plus récent film, Massacre River : The Woman Without a Country, diffusé sur PBS en 2019, a reçu un financement de l’ITVS et a été sélectionné pour le Latino Media Market, la bourse Points North du Festival international du film de Camden et l’IFP Spotlight on Documentaries. Suzan est aussi directrice du festival Mountainfilm à Telluride, au Colorado, depuis 2017.

Un film de Suzan Beraza

Etats-Unis – République dominicaine / 2019 / 1h20 / Espagnol sous-titré français

Reel Things Films
https://www.reelthing.us

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Vendredi 09/10 – 19h

  EN LIGNE

• Jeudi 08/10 – 19h (heure Guyane)

• Vendredi 09/10 – 14h (heure Guyane)

  À LA TV
La 1ère Guyane, Guadeloupe, et Martinique

• Vendredi 09/10 – 20h

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

AVANT-PREMIÈRE FRANCOPHONE

Érase una vez en Venezuela - Congo Mirador
Era-vez-en-Venezuela

Synopsis

Sur les eaux paisibles du lac Maracaibo, une petite maison abîmée de fer et de bois tente désespérément de rester à flot tandis que, remorquée par un bateau, elle cherche un nouvel endroit pour s’installer. A bord, dans cette maison devenue carcasse, vont ceux qui en sont les habitants. Tout au long du film, cette image puissante, répétée plusieurs fois avec différentes familles, symbolise et synthétise la vie – et ce qu’il en reste – au Congo Mirador, un village lacustre au cœur du pétrole du Venezuela. Menacé par la sédimentation croissante et étouffé par de nombreux besoins, son peuple est radicalement divisé entre « chavistes » et l’opposition. Le documentaire suit, sur plusieurs années, la vie de certains d’entre eux, alors qu’ils luttent, entre le doute de rester et la peur de partir. Érase una vez en Venezuela – Congo Mirador n’est pas seulement l’histoire d’un lieu voué à disparaître, mais celle de l’espoir qui s’évanouit après la mort de Chavez et la nouvelle direction de la révolution bolivarienne.

LA réalisatrice

Anabel RODRÍGUEZ RÍOS

Anabel Rodríguez Ríos a obtenu un master d’arts en réalisation à la London Film School. Son court-métrage documentaire El galón, qui fait partie de la série Why Poverty, se rend dans plus de cinquante festivals de films à travers le monde, dont HotDocs, IDFA et reçoit la bourse Latino du Tribeca Film Institute. Son premier long métrage documentaire, Érase una vez en Venezuela – Congo Mirador, a été présenté en première mondiale au Festival du film de Sundance 2020.

Un film de Anabel Rodríguez Ríos

Venezuela / 2020 / 1h39 / Espagnol sous-titré français

Rise and Shine Distribution – Spiraleye Films
https://www.spiraleyeproductions.com

OÙ VOIR LE FILM ?

  EN PLEIN AIR
À ST-LAURENT DU MARONI
AU CAMP DE LA TRANSPORTATION

• Mercredi 07/10 – 22h

  EN LIGNE

• Mardi 06/10 – 22h (heure Guyane)

• Mercredi 07/10 – 17h (heure Guyane)

Regardez la bande annonce

RETROUVEZ LES FILMS SÉLECTIONNÉS POUR LE FIFAC 2020

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this
X
favicon-fifac

ABONNEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Pour rester informé de l'actualité du FIFAC,
merci de remplir le formulaire ci dessous :