Author: Festival Fifac

MASTERCLASS - EDOUARD MONTOUTE

QUAND ?

Vendredi 14/10/2022 
• De 17h à 18h30  (Guyane)

COMMENT Y ASSISTER ?

  EN PRÉSENTIEL

CAMP DE LA TRANSPORTATION – CASE 8

  Replay

La Masterclass d’Édouard Montoute 
Animée par Marielle Salmier (comédienne), en compagnie de Serge Abatucci (comédien).

Thématique

Le métier d’acteur.trice au cinéma, au théâtre et à la télévision.

Avec plus de 100 films à son actif, le comédien d’origine guyanaise évoquera son parcours au théâtre, au cinéma et à la télévision, et échangera avec le public.

INTERVENANT

Edouard MONTOUTE

Jury-Fifac-Edouard-Montoute-web

Originaire de Cayenne, Edouard Montoute vit ensuite en région parisienne. Il y incorpore la Classe libre de l’école Florent, et apparaît pour la première fois sur grand écran dans Jean Galmot, aventurier d’Alain Maline. Il joue ensuite pour de nombreux réalisateurs tels Olivier Assayas, Xavier Durringer, Brian de Palma. Mais il est surtout connu du grand public pour ses rôles dans Astérix et Obélix : mission Cléopâtre d’Alain Chabat (2001), La Haine de Mathieu Kassovitz (1994) ou dans la saga des Taxi. Il continue en alternant cinéma et télévision : la série Flics, Les petits mouchoirs de Guillaume Canet (2010), Enfermés dehors d’Albert Dupontel (2006) ou La première étoile de Lucien Jean-Baptiste (2009), qu’il retrouvera pour le film 30° couleur en 2011. Depuis 2014, Edouard s’adonne aussi à l’écriture et a réalisé en 2019 son premier court-métrage Ma Dame au Camélia, primé dans de nombreux festivals. Il travaille sur l’écriture et le développement d’une série, de deux longs-métrages et envisage de mettre en scène une pièce de l’auteur ivoirien Koffi Kwahulé.

Cette table ronde du vendredi 14 octobre, traite des attentes de la profession qui sont multiples et les festivals doivent s’adapter pour jouer pleinement leur rôle de locomotive. Les échanges entre professionnels de différents territoires vont permettre d’identifier les nouveaux besoins pour influencer positivement le développement économique du secteur et la place des femmes dans ces métiers.

Conférence à voir dans son intégralité en suivant ce lien.

Entretien avec  Irina Ruiz Figueroa (directrice du festival ACAMPADOC, Panama).

MARTINIQUE

Stéphanie SAXEMARD

ETAPE : en développement

RÉSUMÉ

Ce film retrace la vie de Nicolas Labiche, Robertin et ancien marin-pêcheur de 104 ans. Il est le précurseur de l’impasse Labiche au bourg du Robert. Dans ce film, il nous raconte près de 70 ans de vie et d’expériences passées dans ce petit quartier du Robert. Le film oscille entre images réelles et images d’animation, mêlant la réalité et la fiction pour rendre compte, à travers l’histoire d’un homme et de sa famille, d’une réalité parfois oubliée de l’histoire de la Martinique.

L’auteure

Stéphanie Saxemard est auteure-réalisatrice et directrice de photographie de films non fictionnels. Après un Master 2 en Recherche en Politique Comparée et Coopération internationale de l’Université des Antilles et de la Guyane et un Master of Arts en Droits Humains de l’Université de Londres, Stéphanie travaille en ONG en tant que chercheure, analyste puis coordinatrice. En 2016, elle se forme à la réalisation documentaire aux Ateliers Varan. Son cinéma vérité explore les thèmes de l’identité, la migration et l’environnement à travers des récits intimistes centrés sur les personnages.

QUAND ?

> PITCH SESSION
MERCREDI 12/10/22

• De 9h à 12h30 (heure de Guyane)
• De 14h à 17h30 (heure de Paris)

GUYANE

Thibault VERNERET

ETAPE : en cours de montage

RÉSUMÉ

Le réalisateur engage un dialogue avec son frère aîné, autrefois condamné pour trafic de drogue en Guyane.

L’auteur

Thibault Verneret est cinéaste. Après un cursus en anthropologie, il intègre L’École documentaire de Lussas. En 2019, il coréalise Car les hommes passent avec Assia Piqueras, qui est présenté dans de nombreux festivals. La Dérive est son premier long métrage.

QUAND ?

> PITCH SESSION
MERCREDI 12/10/22

• De 9h à 12h30 (heure de Guyane)
• De 14h à 17h30 (heure de Paris)

Vida, murga y carnaval

PANAMA

Omar CALVO

ETAPE : en développement

RÉSUMÉ

Le professeur Juan Vega, dernier membre d’un vieil orchestre, veut enregistrer un album comme en son temps. A plus de 80 ans, il réfléchit sur les réalisations de sa vie et son rôle dans l’origine de l’un des genres musicaux les plus populaires du pays : La Murga.
Pour atteindre son objectif, il doit surmonter ses préjugés sur les nouvelles générations et demander l’aide d’un groupe d’étudiants qui, bien qu’ils soient intéressés par le projet musical, font face à des épreuves plus difficiles, telles que leur diplôme scolaire et l’avenir socio-économique incertain du Panama moderne.

L’auteur

Producteur panaméen, diplômé de l’Ecole Supérieure de Cinéma et d’Audiovisuel de Catalogne (ESCAC) à Barcelone, Omar est le fondateur de la société de production Opera Films.
Lauréat en 2021 du prix du National Film Fund pour le développement de la fiction La Cordillère. Projet actuellement en développement.
Son court métrage documentaire Memorias del Chagres est sorti en 2021 en obtenant plusieurs sélections internationales, parmi lesquelles le Festival du film latino de San Diego. Il développe Vida, Murga y Carnival, un long métrage documentaire, qui a participé à la résidence ACAMPADOC 2022 et à la SAPCINE Producers’ Hall du Cali Film Festival. 

QUAND ?

> PITCH SESSION
MERCREDI 12/10/22

• De 9h à 12h30 (heure de Guyane)
• De 14h à 17h30 (heure de Paris)

LAALOUTACONI

“Témoin” : Les premières journalistes Kalinagos

GUADELOUPE

Damien LANSADE

Cyrille CHARPENTIER

ETAPE : en écriture

RÉSUMÉ

Moreen, Jenny et Vincia sont des Kalinagos de la Dominique, les derniers Amérindiens de la Caraïbe. Ces trois jeunes femmes ont le sentiment que le récit de leur peuple est confisqué : les journalistes étrangers passent quelques jours dans leur communauté et repartent aussitôt. Elles ne se reconnaissent pas dans ce miroir qui leur est tendu. Alors, elles étudient aujourd’hui le journalisme pour raconter leur propre réalité. En tant que journalistes, nous nous interrogeons nous aussi sur notre propre légitimité à raconter une réalité qui nous est étrangère. Les interrogations de nos personnages rejoignent les nôtres. Nous avons eu l’idée d’un jeu de miroir : nous leur donnons une caméra, leur apprenons à s’en servir et nous filmons cet apprentissage. En dénonçant de l’intérieur les problèmes de leur communauté, Moreen, Jenny et Vincia vont être directement confrontées aux conséquences de leur révélations. Le film qui en résulte, en forme de making of, interroge la distance entre une histoire et celui qui la raconte. 

Les auteurs

Damien Lansade et Cyrille Charpentier sont journalistes et auteurs depuis une dizaine d’années. Amis d’enfance, ils sillonnent aujourd’hui les Caraïbes avec leur caméra et signent régulièrement des reportages pour Arte, France 24, France 3 ou Néo.

Après quelques années en tant que journaliste en Guyane, puis en Martinique, Damien a fondé en Guadeloupe sa propre société de production exécutive, Lobster Prod, en 2020. Cyrille a été correspondant à New Delhi pendant 6 ans et a rejoint Lobster Prod en 2021. En 2017, il réalise le documentaire Sacrées Vaches pour Spicee, avec Babel Press. Il est également l’auteur de la bande dessinée Kessel, la naissance du Lion, publiée aux Arènes en avril 2022.

QUAND ?

> PITCH SESSION
MERCREDI 12/10/22

• De 9h à 12h30 (heure de Guyane)
• De 14h à 17h30 (heure de Paris)

la jeune femme sur le fleuve

GUADELOUPE

Jackie TAVERNIER

ETAPE : en écriture

RÉSUMÉ

Arlène, enseignante d’origine ultramarine, va rejoindre son premier poste en tant que titulaire, en école maternelle à Papaïchton, à cent quatre-vingt-six km de l’embouchure du fleuve Maroni. Elle partage avec ses élèves, un passé commun aux anciennes colonies françaises d’Amérique. Dès la rentrée scolaire, Arlène est confrontée à des enfants ne parlant ni ne comprenant le français ni même un créole qu’elle puisse comprendre. Comment répondre à l’injonction de l’institution : dispenser un programme en langue française et en évaluer l’acquisition ?

Les élèves qui arrivent nombreux, en pirogue depuis leurs « campoes » (quartiers), ne laissent ni leur identité, ni leurs représentations du monde à la porte de l’école ; quant aux enseignants, ils doivent s’adapter en permanence. Entre les plus chevronnés, les “blancs” ou les “créoles” qui ont fait souche et les nouveaux comme Arlène, se déploient des stratégies variées, des pédagogies disparates. Propulsée au cœur de ces disparités sociales et culturelles, entre vulnérabilité, isolement et sentiment de culpabilité, elle vit une aventure personnelle et pédagogique périlleuse. Face à l’altérité et au paradoxe de devoir transmettre une culture dominante, à la nécessité d’inventer un véritable « art de faire » au quotidien, elle va vivre une année décisive qui la bouleversera profondément…

L’auteure

Jacky Tavernier est réalisatrice, comédienne et pédagogue. Formée à l’art dramatique, au chant et aux sciences de l’éducation, elle s’approche de l’image en écrivant des scénarios de fiction et en travaillant en tant que comédienne. Elle utilise sa passion pour la pédagogie, en intervenant dans les centres culturels et en milieu scolaire, dans le cadre des pratiques artistiques: ateliers théâtre et d’arts visuels (cinéma).

En 2004, elle joue en Guyane dans Les invités de Marc Barrat, en 2009 dans LAbsence de Mama Keita, où elle interprète le rôle de Aïcha pour lequel elle a été gratifiée de deux « prix de meilleure actrice » et en 2019, elle incarne Marie, dans le film Les Éblouis de Sarah Suco.

Elle se perfectionne à l’écriture de scénario de fiction avec le GREC (Groupe de recherches et d’essais cinématographiques), puis à l’écriture documentaire à Varan Caraïbe.

La rencontre avec Sylvaine Dampierre, les Ateliers Varan Paris, lui a permis de se former et d’approfondir sur le terrain, cadrage, son, écriture. Jacky Tavernier réalise son premier film court documentaire Faire face.

Elle s’intéresse essentiellement aux questions de société, d’identité à travers l’intime, du temps qui passe, particulièrement aux problématiques des populations des territoires français d’Amérique du sud résultant de leur dynamique historique, multiculturelle et démographique.

QUAND ?

> PITCH SESSION
MERCREDI 12/10/22

• De 9h à 12h30 (heure de Guyane)
• De 14h à 17h30 (heure de Paris)

Rêves et réveil avant l'aube dans les années 90

CUBA

Raydel RICARDO ARAOZ

ETAPE : en développement

RÉSUMÉ

Un enfant amphibie, l’ego artistique du cinéaste, se transforme en adolescent en traversant deux types de rêves. Un politique, construit dans les heures de veille par ses parents et un individuel, libéré par l’inconscient. Ce voyage dessine une carte archétypale de la société que la génération que ses parents a laissé cachée dans l’inconscient du rêve.

L’auteur

Cinéaste et écrivain, titulaire d’une maîtrise en histoire de l’art, d’une licence en théologie et ingénieur électricien, Raydel Ricardo Araoz est diplômé de l’école de cinéma et de télévision de San Antonio de los Baños (EICTV), spécialisé dans l’écriture de scénarios. 

Il a obtenu de nombreux prix et bourses pour la création artistique : dont le prix DocTv Iberoamerica avec le projet documentaire Otra pelea cubana contra los demonios y el mar (coréalisé avec Tupac Pinilla, 2005), la bourse du Fonds national pour la culture et les arts (FONCA) du Mexique pour les créateurs ibéro-américains avec le projet documentaire : Anáhuac. Los antropólogos antiguos y modernos (2009), le prix Doctv Iberoamérica avec le projet documentaire La isla y los signos (2013) et le prix national de l’essai Alejo Carpentier de Cuba avec son livre Las praderas sumergidas. Un recorrido a través de las rupturas (2015). Son projet Sueños y vigilias antes de amanecer en los años noventa vient de recevoir l’aide au développement de l’IDFA Bertha Fund.

QUAND ?

> PITCH SESSION
MERCREDI 12/10/22

• De 9h à 12h30 (heure de Guyane)
• De 14h à 17h30 (heure de Paris)

l'île qui se répète

Cuba

Daniel DELGADO SAUCEDO

Josué GARCIA GOMEZ

ETAPE : en développement

RÉSUMÉ

L’île qui se répète est un film de mystère.

Un sac de celluloïd 16 mm a été jeté à la poubelle ; il contenait l’étrange témoignage cinématographique d’une île au fil du temps : des films d’époques différentes, d’auteurs multiples, mais de contextes similaires, comme un inventaire méticuleux des obsessions d’une civilisation inconnue.

L’exploration approfondie du matériel commence à révéler une série de coïncidences troublantes : la présence constante de la mer, les foules marchant dans la même direction, les exercices de guerre, les fêtes populaires, l’utilisation stricte du noir et blanc ; les multiples et laborieuses tentatives de filmer une figure iconique, un leader lointain et flou, que les modestes caméras des habitants de l’île ne parviennent pas à capturer.

L’île qui se répète est un film choral, coécrit par des dizaines de cinéastes anonymes, sur lequel le temps et la décadence ont également laissé leur empreinte d’auteur. Comme des évangiles apocryphes, ces films contiennent un témoignage (visuel) marginalisé, la vision périphérique d’une machine sociale, d’un leader, extrêmement jaloux de ses images.

Au sein de l’île qui se répète, toutes ces histoires convergent, comme dans un archipel qui les agglutine : les scènes fictives et les documents, les marches et les danses populaires, les exercices militaires et la rumba, gravitent autour de la figure d’une icône qui ne pourra jamais être représentée par son peuple, mais qui dicte et surveille avec zèle les images qu’il produit, apparemment selon une règle stricte : Cette île (la sienne) ne peut être filmée qu’en noir et blanc.

Les auteurs

Daniel Delgado Saucedo est diplômé en écriture dramatique de l’Universidad de las Artes (ISA) en 2018. Diplômé de l’école internationale de cinéma et de télévision de San Antonio de los Baños, spécialisé dans l’écriture de scénarios.  Son travail en tant que scénariste et réalisateur a été projeté dans des festivals prestigieux du monde entier.

Ses projets de longs métrages sont actuellement en cours de développement : Las Hortensias, (Prix du Fonds de développement du cinéma cubain 2020 ; Prix PUA Uruguay 2021 ; Sélection 6G Script Lab – La Havane 2021) produit par MONTELONA (Pancho Magnou et Isabel García) et conseillé par Eliseo Altunaga et Natalia Smirnoff ; La Zona Muda (Sélection dans la compétition des scénarios inédits au 40e Festival du film de La Havane) produit par Claudia Calviño ; Molina ́s Redemption réalisé par Jorge Molina et produit par Gervasio Iglesias ; La Isla Sumergida (Projet finaliste de la section Pitch au Sheffield Doc Festival en Angleterre en 2021).

Depuis 2019, il collabore en tant que rédacteur pour le magazine FILM, spécialisé dans le cinéma, basé en Uruguay, en interviewant des personnalités importantes du cinéma contemporain.

Josué García Gomez est diplômé en 2011 de l’Académie professionnelle des arts plastiques “Leopoldo Romañach” de Santa Clara, avec une spécialisation en peinture. Diplômé en communication audiovisuelle à l’Instituto Superior de Arte (ISA), La Havane, Cuba. Membre du Registro del Creador de Artes Plásticas et du Registro del Creador Audiovisual y Cinematográfico (RECAC). 

De 2007 à 2017, il participe à des expositions collectives et à des salons d’arts visuels à Villa Clara. En 2015, il participe  à l’atelier “Script pour l’animation” parrainé par l’ambassade du Chili à Cuba et la Muestra Joven ICAIC et enseigné par les animateurs chiliens Carlos Bleycher et Gabriel Osorio. En 2018, il est sélectionné pour participer à l’atelier “Cuba-Anima” à l’EICTV, enseigné par les célèbres animateurs britanniques Paul Bush, Barry Purves et Jonathan Hogdson. En 2020, il suit le cours de documentaire de la Tisch Schools of the Art, NYU (New York University), à la Fondation Ludwig à Cuba.

QUAND ?

> PITCH SESSION
MERCREDI 12/10/22

• De 9h à 12h30 (heure de Guyane)
• De 14h à 17h30 (heure de Paris)

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this
favicon-fifac

ABONNEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Pour rester informé de l'actualité du FIFAC,
merci de remplir le formulaire ci dessous :