Author: Festival Fifac

APPEL A BENEVOLES

VOUS SOUHAITEZ PARTICIPEZ AU FESTIVAL ?

La 4ème édition du FIFAC à saint-Laurent du Maroni approche à grands pas et nous avons besoin de VOUS !

Comme chaque année, la mobilisation de bénévoles, responsables et désireux de s’investir est nécessaire à la bonne organisation du Festival. Chacun y a une place, quels que soient son âge, son expérience et son savoir-faire.

Participez à cette aventure en rejoignant notre équipe de bénévoles, venez partager votre dynamisme et mettre votre bonne humeur au service des artistes, partenaires, intervenants et du public du Festival. Ensemble, nous pourrons nous réjouir de la réussite du Festival.

Pour ce faire, vous pouvez envoyer un mail à info@festivalfifac.com, un SMS ou via Whatsapp au +594 694 20 67 27 avec en objet : “Bénévole + Nom/Prénom.  

 

edouard-montoute
Vous nous faites l’honneur et le plaisir d’accepter la présidence du jury de la 4ème édition du FIFAC.
Bien connu des Guyanais et du public hexagonal pour vos différents rôles au cinéma, le FIFAC ne vous est pas inconnu : votre premier court métrage, Ma dame au Camélia, a été présenté dès la première édition du FIFAC en 2019.
• Pouvez-vous nous partager les raisons qui vous ont décidé à accepter notre invitation ?

L’envie irrépressible d’un bouillon d’awara !!!!!   Mais pas que.

C’est un métier de rencontres et les festivals sont des occasions de croiser des professionnels et des artistes de milieux et d’univers différents.  De plus je saute sur toutes les occasions qui me sont offertes de revenir en Guyane, ma terre natale. Et enfin le milieu du documentaire m’intéresse de plus en plus mais reste inconnu pour moi, cette invitation est une belle opportunité.

 
• Comment envisagez-vous votre rôle de président du jury ?

J’ai déjà endossé le rôle de président de jury dans d’autres festivals et je ne le conçois pas différemment de celui d’un autre membre du jury.   Il est question de faire preuve de curiosité, d’enthousiasme, de disponibilité et d’ouverture d’esprit.  Et je compte beaucoup sur l’éclairage d’Arlette Pacquit, Jorane Castro, Marvin Yamb tous trois réalisatrices et réalisateurs émérites et d’Emmanuel Migeot, de Cyrille Perez et leur expérience dans le documentaire.

 
• Pour vous, quel est l’intérêt du FIFAC (Festival International du Film documentaire Amazonie-Caraïbes) en Guyane et dans la Grande Région?

Je pourrais répondre que je m’apprête à le découvrir, mais j’imagine que l’enjeu de ce genre d’évènement est d’honorer des œuvres artistiques en les faisant découvrir du grand public. 

Mais à l’heure où les plateformes se développent et la consommation d’images se fait à l’échelle mondiale, la France a une carte à jouer, et il est capital que l’Outre-mer puisse tirer son épingle du jeu.  Le FIFAC a toute la capacité pour faire rayonner sur le bassin sud-américain et Caraïbe, c’est un atout majeur à développer davantage.

Nous sommes très proches de nos voisins, culturellement et d’histoire commune ; c’est un marché potentiel : soyons des exportateurs de nos images, nos histoires, nos cultures….


• Qu’attendez-vous d’un film documentaire ?

Selon moi, le documentaire a cet avantage sur la fiction qu’il traite de sujets souvent liés à la réalité, de personnes existantes, de vraies problématiques de vie et qu’il a plus vocation à évoquer, informer et sensibiliser que divertir.

Il permet un regard neuf, différent et attentionné sur des aspects de la vie publique qu’on ne soupçonne pas ou qui ne sont souvent traités ni par la presse ni par le cinéma.

 
• Aujourd’hui que peut-on dire de la production cinématographique en Guyane et aux Antilles françaises ? Comment percevez-vous ces productions, vous qui êtes né en Guyane ?

A mes débuts, rares étaient les comédiens et personnalités artistiques ultramarins jouissant d’une belle renommée : au cinéma Darling Légitimus et dans le spectacle Henri Salvador.

L’Outre-mer n’était pas ou peu représentée.  Aujourd’hui je constate un vif intérêt et un engouement pour le 7ème art, pour la fiction télé mais aussi le documentaire ou même l’animation et nos régions y sont pro-actives.  La série Bel Ti koté produite par Marc Barrat et entièrement fabriquée sur le territoire guyanais par des artistes et techniciens de Guyane en est la preuve.

L’émergence de réalisateurs comme Marvin Yamb, très engagé sur des problématiques sociétales, à l’instar de Marie-Sandrine Bacoul ou Christophe Yunawana Pierre et bien d’autres est très rassurante quant à cette envie émancipatrice de raconter leurs propres histoires et dévoiler leurs univers.

Nos régions ont des choses à dire, un regard et une voix à porter.  Je suis aussi sensible au fait que le secteur s’enrichit du regard et du soutien de productrices telles que Murielle Thierrin, Véronique Chainon, Chloé Bebronne ; ce qui prouve une mixité qui m’est chère et dont nos films ont besoin.

Venez pitcher !

Vous êtes auteur ou producteur d’un film documentaire qui se tourne dans la grande région Amazonie Caraïbe et vous êtes à la recherche de coproducteurs et/ou de diffuseurs pour la production du film ?
L’Open Pitch du FIFAC vous offre un temps précieux pour présenter votre projet à une quinzaine de professionnels avec lesquels vous pourrez ensuite poursuivre les échanges lors de rendez-vous individuels.
Le Festival international du film d’Amazonie Caraïbes (FIFAC) de Saint-Laurent du Maroni (Guyane française) lance, pour sa 4ème édition du 11 au 15 octobre 2022, un appel à projets de films documentaires en partenariat avec Doc Amazonie Caraïbe mis en œuvre par AVM et Docmonde.

La date limite des candidatures est fixée au 30 SEPTEMBRE 2022

APPEL À PROJETS
OPEN PITCH PENDANT LE FIFAC EN GUYANE FRANCAISE

Conditions

Cet appel s’adresse à des auteurs/réalisateurs/producteurs avec un projet de film documentaire en lien avec la région Amazonie-Caraïbe et déjà bien développé avec de fortes intentions affirmées et des ambitions artistiques.

Les langues de travail sont le français et l’anglais.

Les candidats doivent être prêts à présenter leur projet lors d’une session de pitch en direct le 12 octobre, à Saint-Laurent du Maroni s’ils peuvent être là, ou en ligne. La participation est gratuite, aucun frais ne sera pris en charge par les organisateurs.

La session de questions-réponses sera suivie de rencontres individuelles avec des coproducteurs potentiels et des chargés de programmes des chaines de TV présents à l’événement soit le 12 ou le 13 octobre.

 
Procédure de sélection

Après avoir rempli le formulaire de candidature ci dessous,  les candidatures seront examinées par des experts et des membres de l’organisation des rencontres professionnelles du FIFAC et de Doc Amazonie Caraïbe. Les résultats de la sélection seront communiqués par email dans les meilleurs délais.

FORMULAIRE D'INSCRIPTION

INFORMATIONS GÉNÉRALES

INFORMATIONS TECHNIQUES SUR LE FILM

AUTEUR(S) ET/OU RÉALISATEUR(S) DU PROJET

Autres collaborateurs artistiques du projet (co-auteur, réalisateur) :
PRODUCTEUR DU PROJET

LOGLINE
RÉSUMÉ

Appel à films

L’APPEL À FILMS EST CLOS !

L’appel à films de la 4ème édition du FIFAC est désormais clos.
Merci de nous avoir soumis vos films.
Nous avons reçu près de 120 inscriptions de longs et courts métrages documentaires de nombreux pays d’Amérique du sud et de la zone Caraïbe
Rendez-vous fin juillet pour les résultats !
Nous espérons vous retrouver à Saint-Laurent du Maroni du 11 au 15 octobre 2022
 

« BR acima de tudo » de Fred Rahal Mauro

Mercredi 25 mai18h45 au Carma • entrée libre

 

affiche BR_Acima_de_TudoAu nord de l’État brésilien du Para se trouve le plus grand espace de forêts protégées au monde. Une zone de la forêt amazonienne de la taille du Royaume-Uni qui abrite une myriade d’histoires. Peuples indigènes, éleveurs de bétail, petits agriculteurs, descendants d’esclaves noirs, propriétaires d’entreprises et politiciens réfléchissent chacun de leur point de vue aux effets de l’extension possible de la route BR-163 dans la forêt, jusqu’à la frontière avec le Suriname. Le projet de l’autoroute est né à l’époque de la dictature militaire brésilienne et plane encore aujourd’hui comme une ombre sur la région. Ce film, cependant, ne parle pas d’une route. C’est un film sur les gouffres qui séparent ceux qui partagent la même terre.

 

 

 

Le FIFAC recrute un.e chargé.e de communication

Le fifac recrute !

En attendant que l’équipe s’agrandisse un ou deux mois avant le Festival, l’AFIFAC recrute un.e chargé.e de communication pour accompagner sa directrice à l’année en CDI dès le mois d’avril 2022.

Vous voulez en savoir plus : voir la fiche de poste. 

Vous êtes intéressé.e , adressez votre candidature à : Emmanuelle Choin : direction@festivalfifac.com

fifo 2022
Après une édition 2021 uniquement en ligne (à l’instar de la 3ème édition du Fifac), le Festival International du Film documentaire Océanien vient juste de clôturer sa 19ème édition (du 05 au 13 février) avec succès et a pu renouer avec son public, tout en ouvrant sa plateforme numérique et sa programmation aux  pays d’Océanie, aux territoires d’outre-mer et à la France hexagonale.

Retrouvez Maxha, relever la tête”,réalisé par  Emmanuel Tjibaou et Nunë Luepak, présenté en compétition

https://la1ere.francetvinfo.fr/docu-maxha-relever-la-tete-film-en-competition-au-19e-fifo-1224762.html


« De mer en filles, le surf polynésien au féminin » réalisé par Lisa Monin et Sébastien Daguerressar, présenté hors-compétition, en accès libre sur le Portail des Outre-mer : 

https://la1ere.francetvinfo.fr/docu-de-mer-en-filles-chez-les-fierro-le-surf-se-conjugue-au-feminin-fifo-2022-1219848.html


Retrouvez la programmation du FIFO, les rencontres professionnelles et le palmarès 2022 sur :

https://www.fifotahiti.com/

Premio CORAL Especial del Jurado de Cortometraje : Carbon
 42ème édition du Festival International del Nuevo Cine Latinoamericano de la Havane (3-13 décembre 2021)

2 films primés au Fifac 2020 et 2021 reçoivent des distinctions :

Premio CORAL Especial del Jurado de Largometraje : 

Erase una vez en Venezuela , Congo Mirador de Anabel Rodríguez (Venezuela, Grande Bretagne, Autriche, Brésil) 

Premio CORAL Especial del Jurado de Cortometraje : 

Carbon de Davide Tisato (Suisse, France, Cuba)

http://habanafilmfestival.com/premios-coral-de-la-edicion-42-del-festival-internacional-del-nuevo-cine-latinoamericano/

Ci-contre, Davide Tisato et les protagonistes de son film Carbon, Prix du meilleur court-métrage Fifac 2021

FIFAC-logo-Hors-les-Murs-2021_2022
Le FIFAC part à la rencontre des publics guyanais pour présenter des documentaires de la cuvée 2021. En proposant le meilleur de la programmation, le Fifac hors les murs vise à toucher le plus grand nombre de spectateurs, avec des séances tout public ou bien destinées aux établissements scolaires en partenariat avec le PIM.
Chronique d_une terre volée

A Awala-Yalimapo

Vendredi 29 octobre

En coproduction avec le Pôle Image Maroni, nous étions à la mairie d’Awala-Yalimapo en présence de la réalisatrice Marie DAULT pour la projection de son documentaire « Chronique de la Terre Volée », prix du Jury de la meilleure réalisatrice au FIFAC 2021.

Le « FIFAC hors les murs » participe à la 22ème édition du mois du documentaire
logo mois du documentaire

Le Mois du film documentaire, organisé par Images en Bibliothèque, est une invitation faite à toutes les structures culturelles, éducatives et sociales, désireuses de promouvoir le cinéma documentaire auprès d’un large public. Ces 2300 lieux participent à un projet commun en organisant des projections accompagnées de rencontres, expositions, ateliers, colloques, concerts… Le Mois du doc est un rendez-vous incontournable pour découvrir des films et échanger ses idées sur le monde !

A Mana avec le CARMA

NHEENGATU
 Vendredi 5 novembre

 « Nheengatu » un film du réalisateur vénézuélien José BARONOHA.

Synopsis : 
Lors d’un voyage sur le haut Rio Negro, dans la profonde Amazonie, le réalisateur cherche un langage imposé aux Indiens par les anciens colonisateurs. A travers ce langage mixte, le Nheengatu, et le partage des images avec la population locale, le film se construit à la rencontre de deux mondes.

Chronique d_une terre volée
Mercredi 10 novembre

 « Chronique de la Terre volée » un documentaire de la réalisatrice Marie DAULT, prix du Jury de la meilleure réalisatrice au FIFAC 2021.

Synopsis :
À Caracas, au Venezuela, une histoire populaire du passé de la cité qui se retrouve face au présent et qui plonge peu à peu le pays dans la plus grave crise de son histoire.

Un sacré tour du monde pour le court-métrage guyanais « Ecoutez le battement de nos images » !
Écoutez le battement de nos images

BRAVO! Le film de Audrey Jean-Baptiste et Maxime Jean-Baptiste sélectionné par le FIFAC 2021 dans la catégorie court-métrage fait le tour du monde des festivals. 

Et parmi les nombreux prix obtenus, deux ont été décernés par des partenaires professionnels du FIFAC

– La MENTION SPECIALE au Festival International de Curibita au Brésil, présent à la table ronde des rencontres professionnelles 2021 :  Quelle circulation pour nos films dans la région Amazonie Caraïbes ?

– Le prix du MEILLEUR COURT METRAGE  au festival international de Trinidad & Tobago, organisé par Filmco, notre partenaire sur le Focus coopération inter-régionale des rencontres professionnelles.Le film

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this
favicon-fifac

ABONNEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Pour rester informé de l'actualité du FIFAC,
merci de remplir le formulaire ci dessous :